• F comme FROUZINS

     

    En 1779 le conseil de communauté de Frouzins composé des 3 consuls (désignés annuellement par cooptation avec l’assentiment du seigneur) , du lieutenant du juge, du procureur seigneurial et de 5 notables habitants « constituant la partie la plus saine de la ville » décide d’établir un nouveau cadastre, le dernier datant de 1640.

    Le géomètre arpenteur arriva 5 ans plus tard, Monsieur Sacareau du village d’Empeaux.

    Le nouveau cadastre fut dressé en 1784.

    A partir de ce cadastre, que peut-on dire sur Frouzins ?

    Le village se situe tout d’abord à 15 km au sud ouest de Toulouse.

    Deux ruisseaux l’Aussau au nord ouest et la Saudrune au sud ouest bornent le village.

    L’étendue du territoire est à 679 ha, 21a et 31ca (le cadastre révisé de 1949 indique 791ha).

    La moitié du territoire était dès le 16ème siècle entièrement mise en culture (voir la lettre V) , l’autre  moitié au nord ouest est couverte de bois et de landes (des défrichements nombreux ne laisseront subsister aujourd’hui que deux petits bois  attenants au château des Demoiselles  et celui de Monbel.

    Fin 18ème siècle, le village comptait une centaine de maison en majorité alignée sur la « grand rue » (chemin de Cugnaux à Seysses, lui-même tronçon de l’antique voie de Toulouse à Lugdunum convenarum (Saint Bertrand de Comminge).

    F comme FROUZINS

    Quelques maisons se trouvent sur le chemin de Roques à Plaisance , perpendiculairement à la Grand Rue

    Hors du village, le hameau de Lavaque ( aujourd’hui La Vache) regroupait fin 18ème siècle 5 à 6 maisons sur le chemin de Villeneuve Tolosane (à l’époque Villeneuve de cugnaux) à seysses

    Neuf métairies (Le Ferratié, Laubenque, Mailhos, Monbel, Lègue, la Prade, Vermeil, Sauveur et Ste Catherine) sont éparpillées sur le territoire.

    F comme FROUZINS

    Les maisons de village sont construites en torchis (ou paillebard) avec une charpente en bois pour les maisons à étage, en paillebard brut pour les maisons basses et des cheminées en briques cuites et des tuiles canal.

    Un pigeonnier hexagonal porté sur piliers de pierre construit vraisemblablement au 17ème siècle et qui appartient fin 18ème à un certain M Filhes

    Trois châteaux (voir article C): La bourgade au centre du village, le plus ancien, Monbel plus excentrés et celui des Demoiselles encore plus excentrées sur la route de Plaisance.

    Et enfin l’église que l’on retrouvera à l’article R, commencée en 1522.

     

    F comme FROUZINS

    carte de 1784

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :