•  

    François Bertrand SAJUS est né le 23 février 1880 à Frouzins

    Son père Jean, né à Frouzins en 1818, est vigneron et brassier; il meurt le 3 novembre 1892 à Frouzins ; sa mère Marie BERTRAND est née en 1839, elle est journalière

    Il a les cheveux brun et les yeux châtain; il mesure 1.61m et a une fossette au menton; il sait lire, écrire et compter

    Son frère, Victor, fera la guerre aussi

    En 1900 il vit à Frouzins et est cultivateur

    En 1906 il habite au 127 avenue des Minimes à Toulouse et en 1910 au 183 de cette même rue

    En 1911 il habite 59 avenue des minimes  chez mr Bordas

    Il a 34 ans quand la guerre éclate; il intègre le 143ème RI

    Il est mentionné dans son dossier militaire : "très bon soldat, courageux, dévoué, a été assez grièvement blessé le 24/09/14". Il recevra la croix de guerre avec palme et la médaille militaire

    François Bertrand est en effet blessé le 24 septembre 1914 près de Toul par un éclat d'obus à la cheville droite : plaie pénétrante au cou de pied droit et fracture du tibia et résection de l'astragale

    Il en découle une ankylose complète du pied droit du fait de sa blessure avec déformation, atrophie et abolition du mouvement des orteils - Il souffrira d'arthrite tibio tarsienne - il sera réformé en 1915 avec pension

     

    François Bertrand SAJUS


    votre commentaire
  •  

    Victor est né le 10 avril 1871 à Frouzins

    Son père Jean, né à Frouzins en 1818, est vigneron et brassier; il meurt le 3 novembre 1892 à Frouzins ; sa mère Marie BERTRAND est née en 1839, elle est journalière

    Son frère François Bertrand de 9 ans son cadet fera la guerre également

    Il est châtain, et mesure 1.57m; il sait lire écrire et compter

    En 1891 il est cultivateur et habite Frouzins; il est dispensé de service militaire car "aîné de septuagénaire"

    En 1898 il habite vers Mirande et en 1908 il habite le château de Cadeilhac à Muret

    Il a  43 ans quand la guerre éclate; iau vu de son dossier médical, il est détaché le 19 janvier 1916 à la poudrerie nationale de Toulouse

    Son dossier militaire note en effet qu'il souffre d'une otite scléreuse bi latérale avec accident vertigineux

     

    Victor SAJUS


    votre commentaire
  •  

    Charles FABRE est né le 7 février 1891 à Issendolus dans le Lot

    il y habite en 1911 et y exerce la profession de cultivateur

    Son père s'appelle Guillaume et sa mère Rose SASMAYOUX

    ses cheveux sont châtain et ses yeux bleu clair, il a le teint basané et mesure 1.70m; il sait lire, écrire et compter

    il a 23 ans quand la guerre éclate; il incorpore le 23ème régiment d'artillerie en 1916, au 60è rgt artillerie en janvier 1917, le 264è rgt artillerie en octobre 1917, le 218ème Rgt artillerie en décembre 1917. Il a le grade de brigadier le 10 juillet 1918

    Il est l'ainé de 3 frères sous les drapeaux, l'un d'entre eux sera porté disparu

    Il épouse Françoise Marie BERGOUGNAN, soeur de Bertrand Charles Julien, le 19 novembre 1918 à Frouzins

    il est parent par alliance de Dominique Raymond BIASSOU, cousin de Bertrand Charles Julien BERGOUGNAN

    Il habite Frouzins en 1924 et y est toujours en 1929

     

    Charles FABRE

     

    Charles FABRE


    votre commentaire
  •  

    Pierre est né le 7 mai 1895 à Plaisance du Touch

    En 1915 il réside à Frouzins et y est cultivateur

    Il est châtain aux yeux bleus et mesure 1.63m; il sait lire et écrire

    Son père s'appelle Jean et sa mère Marie Françoise CAPIAN

    IL a 19 ans quand il part à la guerre en 1916; il incorpore le 23è bataillon chasseur à pied en août 1916 puis les services auxiliaires le en septembre 1916 (il souffre en effet de palpitation dès 1915 , il sera ajourné et aussi de tachycardie et d'une hernie crurale gauche)

    Le 22/09/1916 il intègre le 145ème régiment d'infanterie puis est détaché aux usines Pierrat à Givors le 30/10/16 , aux forges de l'Adour en mars 1917, auprès de la société métallurgique du Périgord à Fumel en juillet 1917, à la poudrerie de Toulouse en août 1917, et à la maison Schneider au Creuzot en 1918

    il tiendrait un café à Frouzins d'après son dossier militaire

    il est terrassier manœuvre en 1926, ramasseur de lait en 1937

     

    Pierre FERRE

    Pierre FERRE


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique