•  

    Dominique est né le 27 avril 1885 à Frouzins

    Il est cultivateur

    Son père s'appelle à Jean François, propriétaire né le 26 mars 1853 à Frouzins

    Sa mère s'appelle Elisabeth COUSSERGUES, née le 19 janvier 1856 à Frouzins, décédée le 26 avril 1933 à Frouzins

    Il a les cheveux et les yeux châtains, mesure 1m58, sait lire, écrire et compter

    Soldat de 1ère classe le 23/9/1907

    214ème RI

    Devient caporal le 24 février 1916

    détaché à la poudrerie de Toulouse le 31 décembre 1917

    repart aux armées le 13 juin 1918 - 64ème RI le 13/6/1918

    évacué pour maladie à l'intérieur le 7 octobre 1918

    meurt le 21 octobre 1918 à Toulouse à l'hôpital complémentaire n°61 des suites de maladie contractée au service (grippe)

    l'hôpital n°61 est l'ancienne école du calvaire 16 bis rue du Férétras - 103 lits

    IL avait 33 ans

    Ses deux frères sont partis à la guerre : Guillaume mourra en 1917 et Marius Jean Pierre rentrera vivant

    Marius Jean Pierre est né le 21 avril 1895, cultivateur, mort le 26 mars 1959 à Frouzins; 78ème RI, croix de guerre, étoile de bronze, cité "très bon grenadier le 14 septembre 1917 a pris une part active à l'exécution d'une incursion dans les tranchées ennemies au cours de laquelle il a fait preuve de courage et de sang froid". affecté comme ouvrier manutentionnaire au titre de l'ONIA en 1939

     

    Dominique BERGOUGNAN

     

     


    votre commentaire
  • Guillaume est né le 2 mars 1888 àFrouzins

    Il est cultivateur

    Son père s'appelle François et sa mère Elisabeth COUSSERGUES

    Ses cheveux sont châtains foncés, ses yeux marrons clairs, il mesure 1m56 et sait lire, écrire et compter

    Il passe au 7ème RI en 1914 puis au 220ème RI le 20 octobre 1916 et au 288 ème RI le 30 octobre 2016

    Il est blessé le 12 juillet 1916 au Fort de Souville par un éclat d'obus au bras gauche

    Soldat de 1ère classe le 10 mai 1917

    IL est évacué blessé le 23 octobre 1917 et meurt le 25 octobre 1917 dans l'ambulance à Courcelles (Aisnes) des suites de ses blessures - Ferme de la Royère, chemin des Dames, dernier lieu de bataille

    Il avait 29 ans

     Il est inscrit au tableau spécial de la médaille militaire en date du 23 juin 1920 à titre posthume : "soldat courageux et dévoué; blessé grièvement à son poste de combat dans l'accomplissement de son devoir; mort pour la France des suites de ses blessures le 25/10/1917"; Croix de guerre avec étoile d'argent.

    Ses deux frères sont partis à la guerre : Dominique mourra en 1918 et Marius Jean Pierre rentrera vivant

    Marius Jean Pierre est né le 21 avril 1895, cultivateur, mort le 26 mars 1959 à Frouzins; 78ème RI, croix de guerre, étoile de bronze, cité "très bon grenadier le 14 septembre 1917 a pris une part active à l'exécution d'une incursion dans les tranchées ennemies au cours de laquelle il a fait preuve de courage et de sang froid". affecté comme ouvrier manutentionnaire au titre de l'ONIA en 1939

     

    Guillaume Justin BERGOUGNAN

     


    votre commentaire
  •  

    Sur le monument aux morts, son nom est orthographié JASSEREAU

    Jean est né à Goyrans le 30 juin 1881

    Il est cultivateur

    Son père s'appelle Antoine, cultivateur, né vers 1842 et sa mère s'appelle Jeanne CAPPELLE, née vers 1853

    Il est blond aux yeux gris, mesure 1m63, sait lire, écrire et compter

    En 1912 il habite Frouzins

    Il incorpore le 81ème RI

    Il mourra le 29 octobre 1914 à St Julien d'une blessure reçu sur le champ de bataille

    Il avait 33 ans

    Jean JASSAREAU


    votre commentaire
  • Raymond est né le 3 décembre 1895 au Vernet

    Il résidera à Frouzins en 1915

    Il est chauffeur mécanicien de machine à vapeur

    Son père s'appelle Alexis Guillaume, cultivateur, né vers 1860

    Sa mère s'appelle Marie BASIANS ou BASEAN, elle es née vers 1876

    Tous deux habitent Frouzins en 1895

    Il est Châtain, les yeux marron foncé, mesure 1m60 et sait lire et écrire

    Il est incorporé au 50ème RI le 18 décembre 1914

    Il mourra à l'hospice mixte de Périgueux le 27 février 1915 des suites de perforation intestinale

    Il avait 20 ans

     


    votre commentaire
  •  

    Raymond est à Puy de Touges le 27 août 1878

    Il est forgeron

    Son père s'appelle Jean, maçon, né vers 1845 et mort le 16 juillet 1899 à Pouy de Touges  et sa mère s'appelle Jeanne TACHOIRES, née vers 1852

    Il habite Lézignan début 1903 puis Villeneuve Tolosane en juillet 1903

    Il épouse la 1er août 1904 à Frouzins Félicie Henriette REYNIER (16/3/1886 frouzins-21/9/1954 toulouse)

    Il habite ensuite Toulouse, rue de Varsovie en 1909 et les allées Charles de Fitte en 1912

    Sa fille Jeanne Célestine Joséphine naîtra le 12 septembre 1905 à Frouzins (et mourra le 28 décembre 1993 à Gau dans le 65); elle épousera le 29 septembre 1934 à Toulouse Louis Henri MARTIAL

    Sa seconde fille Irène Marie Germaine naîtra le 24 novembre 1910 et décèdera le 15 avril 1911

    Il est châtain, les yeux noirs, mesure 1m63

    Il part en détachement à Marseille avec le 136ème RI territorial le 9/8/1914

    Il passe au  1er RI coloniale le 26 janvier 1916

    Malade évacué du 2 septembre 1916 au 20 octobre 1916

    Il mourra le 1er novembre 1916 à bord du navire hôpital le France des suites de maladie contractée en service (dysenterie)

    Il avait 38 ans

    A partir de juin 1916 le France IV a périodiquement effectué des évacuations massives (2500 personnes à la fois) de soldats du front de Macédoine principalement atteints de paludisme ou de dysenterie.

    On les embarquait à Salonique et les débarquait le plus rapidement possible à Bizerte ou à Toulon (d'après Charles Louis Le Goer, médecin 2nde classe de la marine dans sa thèse soutenue le 19/12/1919 : "rôle de la marine dans l'évacuation des blessés et des malades pendant la dernière guerre (14/18)". Raymond a vraisemblablement contractée la maladie en Macédoine

    Son beau frère, Pierre FERRE, cultivateur né le 7 mai 1895 à Plaisance,  époux de la sœur de sa femme, Germaine Henriette, chemisière (18/3/1899 frouzins - 17/1/1982 Lagardelle), fera la guerre 14/18. Il aurait tenu un café à Frouzins d'après le registre matricule; il incorpore le 23ème bataillon de chasseurs à pied le 27/8/1916, le service auxiliaire le 6 septembre 1916 pour tachycardie et hernie crurale gauche, le 145è RIT le 22 septembre 1916

    Il est détaché aux usines Pierrat à Givors le 30 octobre 1916, passe aux forges de l'Adour au Boireau le 22 mars 1917, passe au 23ème RA le 1er juillet 1917,

    Il est détaché à la société métallurgique du Périgord à Fumel le 30 juillet 1917, détaché à la poudrerie de toulouse le 16 août 1917 ,  passe au 14ème RI le 16/8/1917, est détaché à la maison Schneider au Creuzot en 1918, le 29ème RI le 31 mai 1918 et rentrera ensuite dans ses foyers.

     

    Raymond Bertrand SANSAS

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique