• G comme St GERMIER

    St Germier est le patron de Frouzins. Ce n’est pourtant pas la seule paroisse à se mettre sous la protection de ce saint ?

     

    Pour quelle raison ?

     

    Au 6ème siècle, St Germain, grand propriétaire terrien, possédait dans le territoire Doz à Ox près de Muret une vaste propriété foncière composée de terres, établissements divers et fermes.

     

    Sur ce territoire, traversé par l'antique voie romaine qui conduisait de Toulouse vers le sud, à la ville de Convense, aujourd'hui Saint-Bertrand-de-Comminges, se trouvent les territoires qui dépendent aujourd'hui de Cugnaux, Villeneuve, Frouzins, Seysses-Tholosanes, Muret ….

     

    C’est pourquoi plusieurs églises furent placées sous le vocable de St Germier.

     

    Celui-ci, nous dit la légende, venant un jour de Cugnaux, marchait sur un chemin longeant le cimetière de Frouzins quand il vit dressé dans le cimetière un tumulus sur lequel un autel votif élévé en l’honneur des dieux mânes. Il se mit donc à prêcher la Bonne Nouvelle pour convertir les païens du lieu. Et un miracle eut lieu : « le miracle des fleurs ». Un laurier desséché reverdit et le tumulus se couvrit de fleurs. Les païens se convertissent alors et le tumulus où eut lieu le miracle fut appelé Montramé (mont des fleurs). Le chemin qu’emprunta St Germier fut appelé chemin de Montramé de St Germier ou encore chemin de St Germier.

     

    Saint Germier purifia l’autel et planta sur le tumulus une croix.

     

    A sa mort les habitants lui dédièrent l’église du cimetière et le prirent pour patron de la paroisse.

     

    Une relique, reconnue comme authentique beaucoup plus tard (en 1839) est conservée et exposée à la vénération des fidèles le 16 mai. Cette date est donc devenue le jour de fête de Saint Germier.

     

    La relique en question consistait en un morceau d'os enveloppé d'un ruban de soie verte fixé par un sceau épiscopal, portant l'inscription «Reliquias sancti Germerii », et incrustée dans un reliquaire servant de base à un buste d'évêque dont l’existence est avérée dès 1596.

     

    Il semblerait toutefois qu’eu lieu en 1776 la translation des reliques de Saint Germier, lesquelles furent déposées en l’Eglise de Seysses, commune limitrophe de Frouzins.

     

    En tout état de cause ce jour du 16 mai était important pour les Frouzinois puisqu’il était notamment choisi de préférence par les habitants comme terme de certains actes si l’on se réfère aux anciens actes notariés. De même ce jour-là deux marguilliers (ou administrateurs temporels, rendaient les comptes.

     

    La vénération que les Frouzinois avaient pour leur saint patron les portaient à ajouter à la récitation du Confiteor (prière liturgique destinée à confesser ses fautes) : « Sanct Germé, nostré patroun ».

    Tous les ans la fête du 16 mai qui commençait au jour tombant générait une grande affluence vers l’ancienne église « Sainct Germian, bastie au milieu du semantière » à tel point que des commentateurs de l’époque parlaient de pèlerinage (visite canonique de 1732). En effet « aux paroissiens de Frouzins venaient se joindre un grand concours de fidèles, la plupart originaires de l'endroit, touchante preuve de dévotion des aïeux envers leur saint patron Aux vêpres, après le panégyrique du saint, avait lieu la grande procession, présidée par le curé en étole et pluvial, portant à la main une petite croix d'argent dont parle une visite canonique de 1733, assisté du vicaire et des prêtres de Frouzins, des marguilliers des confréries de Saint-Cyr et du Saint-Sacrement revêtus de leurs robes ; enfin du seigneur, du juge, du lieutenant du juge, du procureur juridictionnel, du syndic de la communauté et des trois consuls revêtus de leurs chaperons ou livrées consulaires. On portait à cette procession, en grande pompe, dans un riche pavillon, le buste en bois doré renfermant la relique du saint patron, précédé de sa bannière et en damas cramoysi , toujours disputée par les hommes et les jeunes gens et donnée au plus fort enchérisseur, preuve de l'enthousiasme des paroissiens pour saint Germier »

    Cette procession avait en tête le  « réveille » c'est-à-dire « le  marguillier en robe sonnant la clochette » et parcourait le chemin de Montramé, pour rentrer à l'ancienne église paroissiale de Saint-Germier, sur le tumulus témoin du miracle, où en souvenir avait lieu la bénédiction des fleurs.

    Puis chacun emportait pieusement les fleurs bénites : certains en jetaient dans les champs pour les préserver des mauvais orages ; beaucoup les conservaient jusques à l'année suivante.

    IL est noté que Monsieur de Marin, propriétaire du Château de Monbel à la veille de la Révolution portait à l’occasion de cette procession la croix processionnelle, nu-pieds, pendant tout le parcours de la procession.

     

    Aujourd’hui le week end proche du 16 mai est le moment de la fête foraine qui attire elle aussi une foule considérable. Et en parallèle de ces festivités, une procession se déroule toujours à la tombée de la nuit, évoquant les processions d’antan…

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :