• Habitat et intérieur toulousain

     

    Habitat et intérieur toulousain

     

    L’habitat toulousain

    Quand on parle de Toulouse on pense de suite aux « toulousaines », ces petites maisons avec jardin autrefois réservées aux maraichers en bordure de ville, sans étage ni sous-sol mais pourvu d’un galetas.

     

    Habitat et intérieur toulousain

    Le nom de « toulousaine » n’est pas venu de suite ; ces maisons se sont d’abord appelées maison de maraicher, maison maraichère ou simplement « maraichère ».

    Au fur et à mesure que la profession s’est réduite, d’autres artisans se sont installés dans ces maisons qui peu à peu se sont appelées du nom de « toulousaine » mais il faut bien avoir à l’esprit que l’on retrouve ce type de maison un peu partout dans le département.

    La toulousaine d'origine n'avait pas d'étage mais un grenier ou plutôt un galetas aéré et éclairé par de petites ouvertures rondes, carrées ou en losange. Elle est construite en briques pleines ou briques foraines ; la toiture est en tuile à deux pentes ; la construction est en brique apparente mais les murs peuvent être crépis et enduits d’un badigeon, la brique restant apparente dans l’entourage des portes et fenêtres.

     

    Habitat et intérieur toulousain

    Une petite moulure, appelée listel, soulignait le niveau du galetas sous toiture.

     

    Dans la ville de Toulouse même, on trouve des maisons urbaines, des immeubles de rapport, des hôtels particuliers. Beaucoup de ces habitats sont des constructions en corondage (nom donné à Toulouse au colombage) qui se perpétuent même après l’incendie de 1463 et leur interdiction en 1555 – il en reste 200 dans Toulouse aujourd’hui. 

    Habitat et intérieur toulousain

    2 rue des Couteliers à Toulouse 

     

    Germain de la Faille en 1701, ancien capitoul, écrit dans les Annales de la ville de Toulouse depuis la réunion de Comté de Toulouse à la Couronne :

       « J’ai remarqué ailleurs qu’anciennement dans Toulouse, à l’exception de quelques grandes Maisons, qui étaient toutes bâties de briques, et auxquelles on donnait communément le nom de Tours, les autres étaient que de torchis, ou tout au plus de charpente, avec des remplissages de briques, qui est la manières de bâtir, qu’on appelle corondage* en nôtre Langue vulgaire, & colonnage dans quelques Provinces de France.

    * ces termes dérivent du mot Latin Columna ; parce que les pièces de bois qui lient l’édifice, représentent des colonnes. »

     

    La brique est sous l’Ancien Régime assez chère et sa fabrication ne permet pas une cuisson homogène. Aussi, les parties destinées à être enduites sont faites avec des briques de moindre qualité

     

    Habitat et intérieur toulousain

    rue des Arts à Toulouse

     

    En 1783 le badigeonnage blanc des façades est obligatoire

    En 1852 un badigeonnage d’entretien est obligatoire tous les 10 ans

    Au début du 20ème siècle et surtout à partir de 1943 la suppression des enduits et badigeons commence et deviendra la règle.

     

    Habitat et intérieur toulousain

    rue Mage à Toulouse

     

    Intérieur

    Alors qu’au 17ème siècle,la cuisine ne se rencontre que dans 5% des foyers, à la fin du 17è les pièces commencent à se spécialiser : on va avoir de plus en plus de pièces réservés à la confection et la prise des repas que l’on appelle salle basse, des pièces de réception et des chambres à coucher.

    Au 18ème siècle les hôtels particuliers disposent tous d’une cuisine, et d’une salle à manger dans 86% des cas, mais aussi de salons, bibliothèques, cabinets de travail…

    Les inventaires des 17 et 18ème siècles témoignent d’un entassement assez impressionnant de meubles et cela quel que soit le statut social du foyer. Ainsi dans la paroisse de la Dalbade, on compte en moyenne 3 ou 4 tables , 7 meubles de rangement, 3 lits (sans information sur leur « taux d’occupation ») et plus d’une vingtaine de sièges par foyer (quel que soit le milieu social on en retrouve dans tous les intérieurs toulousains : 11 en moyenne chez les artisans, 22 chez les marchands, 65 chez les parlementaires).

    Habitat et intérieur toulousain

    siège 18ème siècle

    Le coffre qui représente 70% du mobilier de logement au 17è est détroné au profit de l’armoire ou alimande qui existait déjà avant mais en moindre proportion ; les meubles de rangement se spécialisent : vaisselier, buffet, commodes.

    Le chauffage est pour l’essentiel assuré par les cheminées ; dans l’inventaire d’un cabinet d’avocats on a trouvé la précision suivante : « gants coupés pour écrire »,  ce qui en dit long sur la température de ces pièces de travail.

    Les poëles restent encore rares au 18ème siècle.

    De nombreuses tables sont retrouvées dans les inventaires : des tables à pliant notamment (dont le plateau et les pieds peuvent être dissociés), plus faciles à ranger.

    Habitat et intérieur toulousain

    Table démontable

    La décoration n’est pas en reste dans les intérieurs aisés : miroirs (à partir d la fin du 17ème siècle) , tableaux et estampes (chez 1/3 des artisans, la moitié chez les marchands, les 2/3 chez les hommes de loi, la quasi-totalité des nobles). Certains parlementaires ont réunis des collections impressionnantes : à la veille de la révolution le conseiller de Lassus Nestier a réuni 111 œuvres, le conseiller Du Bourg 135, le conseiller de Gaillard de Frouzins 156.

    On trouve aussi quantité de bibelots, cages à oiseaux, vases et bouquetières (selon Mme Cradock, une Anglaise voyageant en France avec son mari de 1783 à 1786 et qui écrivit son journal de route, « l’habitude de porter des fleurs, d’en offrir et d’en orner les appartements fait ici la fortune des jardiniers » - les fleurs artificielles sont forts prisées).

     

    Habitat et intérieur toulousain

    Mme Cradock, est ainsi ressortie enchantée de l’hôtel du comte Dubarry : « jamais je ne vis une collection de si belles choses et je crois même que ces appartements bien que plus petits dépassent en luxe et en magnificence ceux de la reine de Versailles » (qu’elle avait visité d’ailleurs). Mme Cradock admira donc les fresques en trompe l’œil de l’hôtel Dubarry, ses pièces décorées de panneaux de stuc doré, ses plafonds peints, sa grande galerie tendue de soie verte ornée de 4 grandes statues de marbre d’Italie, sa salle à manger divisée par une balustrade en un espace pour les convives et un espace pour les serviteurs muni d’une fontaine à laver les verres … 

    Habitat et intérieur toulousain

    hôtel Dubarry qui aujourd'hui fait parti du lycée St Sernin

     

    Habitat et intérieur toulousain

    intérieur de l'hôtel Dubarry

     

    Habitat et intérieur toulousain

    intérieur hôtel Dubarry

     

    Il est évident que cet hôtel n’est pas représentatif de l’habitat toulousain. Mais dans la catégorie des hôtels particuliers nous pouvons en trouver d’autres aussi opulents.

     

    Ainsi le président au parlement de Toulouse Jean Desinnocens de Maurens, ancien député aux Etats Généraux abandonne lors de la Révolution son vaste hôtel toulousain place des Pénitents Blancs. L’inventaire des biens de sa demeure est très instructif : salle à manger, salon de compagnie d’hiver, cabinet de bains doté d’une baignoire, une bibliothèque regroupant 2182 volumes, des pièces de réception, 22 tapisseries, 162 nappes, 130 douzaines de serviettes, 1526 assiettes, (seulement) 154 verres, 812 bouteilles de vin dans la cave.

     

    Le papier peint fait son apparition mais timidement dans les intérieurs toulousains au 18ème siècle (des fabriques s’installent d’ailleurs à Toulouse au 18ème siècle).

     Habitat et intérieur toulousain

    détail tapisserie 18è

    La couleur dominante des tentures est le vert, loin devant le jaune et le rouge. La fonction des tentures murales, des tapis, des rideaux, paravents et portalières n’est pas que décorative mais avant tout utilitaire : lutter contre le froid et l’humidité. Les lambris sont utilisés pour la même raison.

    Mais Toulouse fait peu de cas des tapisseries peut être à cause du climat plus clément . Quand on trouve dans les inventaires des tapisseries ce sont en majorité celles de Bergame , peu coûteuses et fabriqué pour beaucoup sur place (quai de tounis). On retrouve tout de même des tapisseries de haute lice provenant des Flandres, de Beauvais, d’Aubusson, ou des Gobelins

     

    Habitat et intérieur toulousain

    tapisserie d'Aubusson

    Habitat et intérieur toulousain

    morceau de tapisserie de Bergame

     

    Selon l’encyclopédie Diderot et d’Alembert, la tapisserie de Bergame est  une grosse tapisserie, qui se fabrique avec différentes sortes de matières filées, comme bourre de soie, laine, coton, chanvre, poil de bœuf, de vache, ou de chèvre. Rouen et Elbœuf fournissent une quantité considérable de bergames de toutes les couleurs et nuances.

     

    Les cheminées sont construites en pierre de taille, ou en marbre des Pyrénées ; jusqu’au milieu du 18ème siècle c’est le seul moyen de cuisson des aliments. Vers 1750 apparaissent les trépieds, les réchauds et les fourneaux maçonnés qui permettent de poser les plats à cuire et surtout de cuisiner debout et non plus accroupi ; cela reste malgré tout marginal car à la veille de la Révolution seul ¼ des parlementaires disposent de fourneaux.

    Habitat et intérieur toulousain

    Crémaillère - détail de "Le Christ chez Marthe et Marie" - Joos Goemaere - 1600

     

    Les ustensiles de cuisine sont diversifiés, en terre, faïence, fer, étain, cuivre : casseroles, poêles, poêlons, passoires, écumoires, couteaux, hachoirs, tourtières, poissonnières, moules à gâteaux et moules à faire des glaces.

    Le linge de table (fabriqué en tissu grossier pour les foyers les moins aisés et en soie pour les foyers plus aisés) est présent en quantité d’après les inventaires : les artisans du bâtiment possèdent en moyenne 4 nappes et une trentaine de serviettes, les hommes de loi et les marchands une quinzaine de nappes et une centaine de serviettes ; les parlementaires plus de 60 nappes et plus de 500 serviettes.

    La vaisselle au 18ème siècle diffère du siècle précédent ne serait ce que par les matériaux utilisés : l’étain recule (pas dans les couches pauvres) au profit de la faënce qui est aussi utilisée pour les bénitiers, les décorations de cheminée, les fontaines.  A la fin du 18è on trouve également chez les parlementaires de la porcelaine de Saxe, de Limoges ou de Chine.

    L’acquisition de pièces en porcelaine témoigne également de la consommation de nouvelles boissons : café surtout , thé et chocolat dans une moindre mesure : présence dans les inventaires de cafetières et de moulin à café, tasse en porcelaine, soucpues et sucriers

    Les fourchettes font un bond spectaculaire dans les inventaires du 18ème siècle alors qu’elles étaient pratiquement inconnues au 17ème.

     

    Nombre de pièces par foyer

    Les hôtels particuliers on l’a vu se distinguent par l’opulence de leur intérieur. Ils se distinguent également par le nombre de pièces : 31 en moyenne chez les parlementaires à la fin du 18ème siècle.

    La classe populaire se contentera, elle, d’une pièce multifonctionnelle où on y mange, dort, travaille et surtout où on s’y entasse : le quartier de la rue des Blanchers, selon le rapport d’un capitoul en 1779, « n’est presque habité que par des artisans ou des gens de la lie du peuple qui se réunissent dans une seule maison à ce point qu’i y en a certaines où il y a 10 ou 12 familles qui l’habitent ». 

    Habitat et intérieur toulousain

    rue des Blanchers à Toulouse

    Toutefois contrairement à d’autres villes comme Lille ou Bordeaux, la population de Toulouse intra muros et ses faubourgs comme St Etienne augmentent modérément : en 1695 on a 37 349 habitants et un siècle plus tard 57 869.

     

    Habitat et intérieur toulousain

    Faubourg Toulouse 17ème siècle

    Mais même si la population ne croît pas exagérément, il n’en reste pas moins que la ville intra muros accueille à la Révolution 73% de la population de Toulouse, ce qui donne une densité importante : 250 habitants par hectare.

     

    La conséquence est inévitable : construction de nouveaux habitats dans les faubourgs, densification intra muros par le biais de l’adjonction de nouveaux étages ou de nouveau corps de logis et par de nouvelles constructions dans les espaces laissés libres

     

    Les effets de cette densité se retrouvent au niveau du foyer : en 1695, 47.3% des maisons étaient habités par une seule famille, elles n’en sont plus qu’un tiers en 1790 : la densité familiale passe en effet de 2 à 2.8 au cours du siècle dans la ville elle même et de 1.6 à 2.5 dans les faubourgs.

    Les logements ne sont toutefois pas surpeuplés comme c’est le cas à la même époque à Lille : le nombre moyen de pièces est d’environ 2 par foyer au 18ème siècle.

    Si l’on détaille un peu plus cette analyse, on voit que les artisans se contentent d’une ou deux pièces (les artisans et marchand plus aisés auront 3 ou 4 pièces ce qui permet une spécialisation de celles-ci notamment avec la cuisine et la chambre à coucher). Les pièces à vivre sont au-dessus de la boutique ou dans l’arrière-boutique. Les apprentis dormiront sans un coin de la boutique ou de l’atelier. Toutefois cette spécialisation n’est pas complète : les chambres à coucher par exemple servent aussi à la réception à la lecture, à la toilette et à la satisfaction des besoins naturels.

    Des artisans ou marchands plus prospères bénéficieront de davantage d’espace. C’est le cas du marchand linger Jean Calas demeurant rue des Filatiers au 18èe siècle : il avait 8 pièces. On pénétrait dans son logement depuis la rue par une porte à double battant à droite de la devanture de la boutique ; un couloir conduisait à une cour et à l’escalier menant aux appartements ; au  1er étage se trouvaient la cuisine et la chambre des parents donnant sur la rue , la salle à manger et le salon donnant sur une galerie extérieure surplombant la cour.

     

    Habitat et intérieur toulousain

    Le 2ème étage comportait quatre chambres pour les enfants et la servante ; une cave voutée, un galetas et des latrines dans la cour et au 1er étage complètent la demeure.

     

    Il n’en reste pas moins que les immeubles occupés par les familles pauvres sont insalubres, les pièces donnent sur des rues étroites ou des cours exigües, manquent d’air et de lumière ; elles sont infestées de punaises, de rats et autres « insectes des appartements ». L’hygiène ou plutôt le manque d’hygiène, on l’a vu dans un précédent article reste un problème majeur au 18ème siècle.

      

    Domesticité

     

    Il faut de la main d’œuvre pour entretenir ces grandes demeures : les domestiques représentent ainsi  12% de la population toulousaine à la fin du 17ème siècle, plus de 8% à la veille de la Révolution.

    En 1695, l’hôtel du procureur général Le Mazuyer en abrite 17 au service de 4 personnes, celui du procureur général Riquet de Bonrepos une trentaine.

    Les nobles sans profession, les grands négociants et les capitouls ont 3 serviteurs en moyenne. Les hommes de loi et les professions libérales en ont un voire deux.

    Quant aux marchands et artisans ayant un minimum d’aisance, ils ont une servante à disposition.

    Il est à noter que 78% des domestiques travaillant sur Toulouse sont nés hors de Toulouse.

    45% d’entre eux sont des femmes. Il est intéressant de voir que plus on s’élève dans l’échelle sociale plus la domesticité se spécialise et se masculinise. Le conseiller Rey de Saint Géry emploie fin 18ème siècle une fille de service, deux femmes de chambre, une cuisinière, une gouvernante, trois laquais, un maître d’hôtel, un suisse, deux porteurs de chaise et un cocher.

    Il est évident que les conditions de travail des domestiques vont varier en fonction de leur fonction, de leur  employeur et du degré d’aisance de ce dernier. Pour avoir une idée, une servante à la fin de l’Ancien Régime gagne entre 40 et 75 livres par an tandis qu’un maître d’hôtel en gagne 350.

    La plupart des servantes et autres valets sont contraints de dormir dans la cuisine ou dans un galetas sommairement meublé ; dans les grandes familles les conditions seront plus confortables avec un logement individuel parfois.

    Habitat et intérieur toulousain

    Jeanne Viguière, servante de la famille Calas en 1761 depuis plus de 25 ans, fait l’objet de toutes les attentions de ses maîtres du fait de ses infirmités : ainsi les enfants Calas s’occupaient des visiteurs en leur ouvrant la porte et en les raccompagnant pour lui éviter de monter et descendre les escaliers.

    Habitat et intérieur toulousain

    L’ancien capitoul Henri de Lafont laissera dans son testament 3 000 livres à son cuisinier, 1 000 livres à sa servante, 600 à son valet de chambre, 300 à son cocher, 200 à son laquais, 600 à son agent de campagne.

      

     

    Sources

     

    Entre tradition et modernité : les intérieurs toulousains au XVIIIe siècle de Christine Dousset 

     

    Vivre à Toulouse sous l’Ancien Régime de Michel Taillefer 

     

    http://www.les-petites-toulousaines.com/

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1028087/f3.image.r= journal de mme Cradock

    Déclaration de Jeanne Viguière dans le procès Calas

    Plans anciens de Toulouse

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :