• J comme JEUX

    Ma belle-mère qui est née à Liverdun près de Nancy en 1935 m’a raconté ses passe temps et jeux divers quand elle était enfant : à l’époque on jouait avec « des riens » :

    La balle au mur, cache tampon (un enfant cachait un objet et les autres partaient à sa recherche guidés par des « tu brûles », « tu gèles »), cache cache. Elle jouait aussi à la palette avec un morceau de vieux carrelage ou un pied de verre cassé sur un dessin à la craie au sol, à la dînette, au téléphone arabe (un enfant disait une phrase à un deuxième qui le répétait à un troisième … jusqu’à ce qu’une phrase qui n’avait rien à voir avec la phrase originale soi dite).

    J comme JEUX

    Il y avait aussi greli-grelot combien j’ai de sous dans mon sabot ?, les osselets, le machipot (les lettres avaient tous une signification : m pour mariage, a pour amour, c pour caresse, h pour haine, i pour ivresse, p pour passion, t pour tendresse et les filles tiraient des noms de garçons associés aux lettres.

    Elle fabriquait des échasses avec des boites de conserve vides percées de deux trous dans lesquels on avait fait passer de la grosse ficelle ; il fallait monter sur les boites et on tenait la ficelle en marchant…

    Ma belle-mère faisait également des colliers avec des vieux boutons , de la luge l’hiver, des ombres chinoises sur les murs et des farces : elle m’a raconté qu’une fois elle avait pris le chat du voisin et lui avait mis des coquilles de noix vides au pied avec de la glue !

    Une autre fois elle avait endormi les poules de sa voisine en leur mettant la tête sous l’aile et en les balançant quelques minutes !

     

    Ma grand tante qui est née en 1931 à Houdain dans le Nord lisait beaucoup quant à elle-même si son père n’aimait pas trop car elle ne faisait rien pendant ce temps. Son premier livre lui a été offert par ma grand-mère, sa grande sœur : les Mésaventures de Jean Paul Choppart de Louis Desnoyers qui raconte les tribulations d’un jeune garçon sans aucun vice mais avec de nombreux défauts et qui vit toutes sortes d’aventures moralisatrices. 

    J comme JEUX

    Ma mère enfin est née en 1945 à Lille ; elle me racontait que quand elle était jeune elle jouait à cache cache , faisait la chasse aux papillons, tressait des couronnes de liserons, jouait à la balle au prisonnier, au diabolo (2 baguettes étaient reliées à un fil et il y avait une bobine en caoutchouc sur la ficelle qu’on lançait en l’air : il fallait rattraper la bobine sur le fil) ; elle jouait aussi à la marelle et lisait beaucoup grâce à son père qui était typographe et qui de ce fait ramenait à la maison plein de livres de la collection Artima : Tim l’audace, Tarou, Buck Dany, Kro Magoule le singe qui parle, Tintin, Météor et bien d’autres …

     

    J comme JEUX                   J comme JEUX

    Autre temps, autre jeux ….

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :