• Journal d'un curé de campagne au 17ème siècle - 16 - Désastreuse campagne de 1708 et prise de Lille

    Désastreuse campagne de 1708 et prise de Lille

    Pour situer, Rumegies se situe à peu près à 40km de Lille.

     

    « Le 10 de juillet 1708, nos pauvres Français se laissent encore battre à Audenarde (Les Français perdirent dans cette bataille 15 000 hommes (dont environ 8 000 prisonniers) et 25 canons, les coalisés perdant moins de 3 000 hommes). On attribue ce malheur à la mésintelligence des généraux. Le roi avait nommé son petit-fils le duc de Bourgogne, généralissime de ses troupes. Il lui avait donné pour adjoints son frère le duc de Berry et le jeune roi d’Angleterre, fils de Jacques, connu en ce pays sous le nom de chevalier de Saint Georges. Ces jeunes princes ont perdu le pays et ils n’ont fait que faute sur faute pendant la campagne. Et ils s’en sont retournés à Paris après avoir laissé prendre Lille et avoir eu mille occasions de la secourir, car le maréchal de Boufflers qui la défendait a fait une défense inouïe. Il a été investi le 13 août et il s’est défendu jusqu’au 21 octobre de cette année 1708 (Il parvint à défendre la ville jusqu'en août, mais les coalisés étant décidés à conduire un siège inhabituellement long, il dut se replier dans la citadelle, et capitula finalement avec 8 000 survivants le 28 octobre.). C’est ici qu’il faut admirer la main de Dieu sur la France car Lille ne devait point se rendre. Tout le monde convenait que le prince Eugène (de Savoie, chef de l’armée impériale) et Milord Malborough (commandant en chef anglais et héros de la comptine « Malbrough s’en va en guerre ») avaient témérairement siégé cette ville. Dans le temps que tout manquait aux assiégeants, le comte de la Motte a inutilement attaqué un convoi avec trois contre un. ; il a été battu et le convoi a passé.

    Journal d'un curé de campagne au 17ème siècle - 15 - Désastreuse campagne de 1708 et prise de Lille

    Le duc de Malborough à la bataille d'Audenarde

    Ensuite Monseigneur le duc de Bourgogne est venu à Mons en Pévèle dans le temps que les ennemis méditaient de fuir. Il n’a osé mordre et puis il est revenu avec son armée sur l’Escaut qu’il a fait retrancher depuis Gand jusqu’à Tournai, pensant d’y faire périr les ennemis. Point du tout ils ont pris Lille et sont venus passer la rivière sans tirer un coup et sont allés désiéger Bruxelles que le duc de Bavière siégeait, obligé de fuir et d’abandonner toute son artillerie. Tout cela paraîtra incroyable à la postérité. Nous avons été fourragé seulement en paille de l’armée du duc de Bourgogne qui était au Saulchoir près de Tournai. Ces fourrages ont duré jusque vers le Noël. Le premier fourrage général a commencé le19 août. Jugez de la misère jusqu’au mois de décembre. Je dois ajouter que s’il eusse plu huit jours de suite pendant cet important siège ils eussent dû quitter la place. Mais nos pêchés sont trop grands car la perte de Lille est la ruine de tout le commerce des Pays Bas ».

     

    Voir article sur le siège de Lille


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :