• L'hygiène au XIXème siècle - 1

     

    Dans les pays industrialisés, une des transformations  majeures dans les moeurs du XIXème siècle fut le changement de comportement aussi bien en terme de salubrité publique que d’un point de vue personnel.

    En effet il faut comprendre que pour les siècles précédents l'hygiène n'était pas une priorité. L'odeur émanant des rues était atrocement nauséabonde. Et pour cause : les déchets jonchaient ces rues, les pots de chambre étaient jetés par les fenêtres. Les rats, friands de la saleté, et porteur de maladies, vivaient en osmose avec l'Homme. Par ailleurs, jusqu’au XVIIème siècle, l’eau n’est pas considérée comme un élément "bienfaiteur" et on se trouve dans une logique de propreté sèche : on se lave les mains et le visage à l’aide de linges humides et parfumés. Parfum, maquillage et coiffure sont autant d’artifices permettant de masquer les odeurs et de pallier au manque d’hygiène. La propreté passe désormais par le changement régulier du linge de corps et par la blancheur des parties visibles de ce linge (col et manche).

    Le XIXème siècle, lui, est celui de la révolution hygiénique. On vante les vertus du bain, on rouvre les bains publics qui avaient disparus au XVIème siècle.

    Ce changement de comportement est aidé des travaux de Pasteur qui démontrent l’existence des microbes, ceux-ci proliférant sur un terrain non hygiénique, faisant le lit de nombreuses maladies.

    La propreté permettrait d’éradiquer les maladies.

    A la fin du XIXème siècle, le triomphe de la révolution sanitaire est maximal. Alors que l'on note deux épidémies de choléra durant le milieu du XIXème, ces épidémies deviennent de plus en plus rares, notamment grâce à l'apparition des vaccins, mais aussi, et surtout, grâce aux mesures d'asepsie qui sont désormais prises. La durée de vie augmente de façon radicale. De même une baisse de la mortalité infantile est observée en cette fin de siècle.

    Le grand gagnant de cette révolution sera le savon. Celui-ci est connu depuis longtemps mais il a connu un essor exceptionnel au XIXème siècle grâce d’une part à la révolution industrielle (de nouveaux procédés de fabrication sont mis au point par exemple) et à ces nouveaux comportements en matière de propreté.

    A partir de 1880, des manufactures sont capables de produire plus de 12 500 tonnes de savon par an.

     

    L'hygiène au XIXème siècle

     

    Mais revenons à notre toilette individuelle : le XIXème remet donc l’eau au goût du jour. Cette eau tant méprisée par l’Eglise car permettant la luxure et le plaisir via notamment les étuves. Cette eau qui fait peur car elle véhiculerait les maladies en dilatant les pores de la peau.

    Bref, le Siècle des Lumières sera plus lucide et donnera une nouvelle vision du rapport à l’eau et imposera un retour à la nature. Exit les fards, les poudres et autres pommades parfumées.

    Retour aux ablutions dans le cabinet de toilette, à l’abri des regards et ce, dès le XVIIIème siècle. La toilette devient une affaire en effet plus intime (n’oublions pas que Louis XIV allait « sur le trône » si je puis dire devant des privilégiés de la Cour !). L’aristocratie s’empare de ce renouveau du bain et les premiers cabinets de toilette apparaissent à Versailles. Les baignoires font leur apparition dans de nouvelles pièces dédiées à la propreté et au soin du corps.

     

    L'hygiène au XIXème siècle

    Au 19ème siècle, la salle de bain se démocratise dans les appartements bourgeois des villes. Une salle est dédiée entièrement aux ablutions. Les progrès technologiques (eau courante et gaz) vont accélérer cette progression. Soyons réaliste toutefois, la toilette se fait pour la plupart des gens, les moins aisés, les ouvriers, les employés, dans la chambre ou dans la cuisine pour avoir un peu de chaleur, avec une bassine et un broc ou dans un tub. Pas de salle de bains encore pour eux.

    La baignoire du XIXème siècle est en bois, en fer blanc ou en zinc, ; on commence à importer des USA la baignoire en fonte émaillée et de l’Agleterre la baignoire en terre cuite émaillée.

    Elle est encore profonde et étroite et surtout elle est mobile (on peut d’ailleurs louer une baignoire).

    Dans la mesure où elle est mobile, la baignoire n’a à cette époque ni robinet ni écoulement. On la dispose sur le tapis dans la chambre à coucher, près de la cheminée si possible. La femme de chambre fait chauffer l’eau, la transporte et la verse dans la baignoire.

    Ce nouvel engouement pour la baignoire va ainsi permettre durant la seconde partie du 19e siècle le développement de l’activité des porteurs d’eau : la baignoire à remplir dans les appartements parisiens (et en province). Le livreur transporte des seaux d’eau chaude sur une charrette, les monte à l’étage, redescend chercher l’eau froide dans la cour. « Il n’a pas le droit de rester dans l’appartement pendant le bain et se repose sur le palier ». Puis il vide l’eau sale dans la cour ; si par malheur, il renverse une goutte d’eau, il perd son pourboire.

    Ça c’est pour le remplissage et l’écoulement et la solution trouvée reste peu pratique. On va essayer de trouver autre chose mais il n’y a pas 36 solutions : il va falloir mettre de la plomberie autour de la baignoire ; elle va donc devenir immobile et on va devoir dorénavant lui trouver une place pérenne d’où l’invention de la salle de bain.

    Et là les architectes et industriels (anglais surtout) vont rivaliser d’imagination pour créer des pièces luxueuses avec motifs peints ou encastrés dans la boiserie avec tout le confort moderne : baignoire, lavabo, bidet, wc. Les Américains vont simplifier tout ça en adoptant un plan rationnel sur une surface réduite sans ornementations superflues : les pieds de la baignoire disparaisent, la plomberie du lavabo est englobée dans son support, carrelage au mur et au sol, couleur blanche. La salle de bain ne va malgré tout pas envahir les habitats populaires de suite. Elle reste un luxe réservé à des familles aisées.

    L'hygiène au XIXème siècle                                                                                                                 

    L'hygiène au XIXème siècle                                                                                                                 

     

    Quid maintenant du chauffage de l’eau ? On va chercher à chauffer l’eau sur place : un petit fourneau portatif à pétrole , gaz ou charbon est installé à proximité. On essaie aussi de placer des brûleurs à gaz sous la baignoire. En 1868 le geyser à gaz est inventé : l’eau est chauffée dans un réseau de circulation en serpentin).

    Ce qui reste curieux est que l’on va d’abord chercher à chauffer l’eau pour se laver avant de chauffer l’eau de la cuisine. En 1921 par exemple, les appartements ouvriers du Pré d’Ouchy à Lausanne disposent d’un chauffe eau à gaz dans la salle de bain tandis qu’il n’y a que de l’eau froide dans la cuisine !

    Il est à noter que César Ritz est le premier hôtelier à prévoir une salle de bain et un WC par chambre dans son tout nouvel établissement, le Ritz, place Vendôme à paris, ouvert en 1898. Comble du luxe à l’époque.

    Nous avons vu plus haut que la salle de bain était essentiellement réservée aux gens aisés. En 1954 par exemple, la moitié des logements français ont l’eau courante, mais seuls 25% d’entre eux possèdent une salle de bain. En 1962, le taux d’équipement des salles de bain passe à 30%, et en 1992, 93,4%. En 1973, 70% des logements ont un wc intérieur. Il faut attendre la fin des années 1980 pour que la quasi-totalité des Français bénéficie de l'eau courante à domicile.

    Mais qu’à cela ne tienne : pas besoin de salle de bain pour se laver ! Un manuel d’économie domestique « Chez nous » publié en 1933 précise : « il ne faut pas prétexter pour se dispenser de cette toilette qu’on a pas la douche ou le tub ou la chambre de bains nécessaire ! Pas besoin de tout cela. Il suffit d’une lavette trempée dans une cuvette pleine d’eau et passée rapidement sur tout le corps ».

    Le terme « rapidement » est là très important : on ne doit pas se laver n’importe comment, morale oblige !

    L'hygiène au XIXème siècle

    Et que dire du bidet ? Cette chose un peu bizarre et finalement peu utilisée de nos jours … Ce n’est que progressivement que le bidet va entrer dans les mœurs et ceci, grâce à deux catégories de personnes : les courtisanes (des plus raffinées aux maisons closes) et l’aristocratie.

    On retrouve dans les deux cas le même souci de l’hygiène de ce que l’on ne nomme pas à l’époque ou par périphrase : les parties honteuses, les parties à la base du corps, les parties réputées les plus sales...

     

    L'hygiène au XIXème siècle - 1

    La toilette intime ou la Rose effeuillée de Louis Léopold Boilly

    Mais attention, le bidet, en plus d’être un objet utile, nécessaire à l’hygiène, doit être un bel objet, aristocratie oblige …. Et bidet va progressivement trouver ses lettres de noblesse grâce à la révolution hygiénique/hygiéniste. Mais cela ne sera pas malgré tout du goût de tout le monde !

    Au XIXème siècle en effet le bidet semble entrer dans les mœurs : Napoléon lui-même en détient plusieurs spécimens, dont on trouvera mention dans le testament qu’il dresse à Saint Hélène.

    Mais s’’il devient évident qu’une bonne hygiène passe par le bain, celui des parties génitales reste encore un tabou.

    Ce sont les ouvrages qui traitent des relations du couple qui en parlent le plus. Ils sont spécialisés dans l’hygiène du mariage et prodiguent des conseils pour éviter la désunion. Parmi les raisons identifiées de celle-ci, la mauvaise hygiène des femmes : « Que de femmes ne doivent leur abandon qu’à cette négligence des soins du corps ! » (Dr Degoix, Manuel d’hygiène du mariage, vers 1850).

    Mais le bidet est décrié justement pour cet usage ! C’est dans les milieux conservateurs voire dévots que l’on y trouve ses plus ardents opposants. On trouve parmi les avis médicaux des affirmations relatives à la nocivité des rapports sexuels (le bidet est donc lié aux ablutions post-coïtales). Ces rapports, par la perte du liquide séminal, affaiblirait l’homme. Trop de rapports sont donc à proscrire. Et c’est là un des arguments les plus modérés à l’encontre de l’hygiène intime !

    L'hygiène au XIXème siècle

    Prenons l’éducation des jeunes femmes, confiées aux ordres religieux en bonne partie durant le premier XIXème siècle. Les anecdotes sont nombreuses, révélant que les jeunes filles ne se lavent quasiment pas et surtout pas les parties honteuses, même lorsqu’elles ont leurs menstrues. Par ailleurs, le bidet, par la toilette intime qu’il permet, est considéré comme un instrument de contraception et ce, dès le début. En effet, dans les maisons de charme, il est très rapidement imposé à chacune des pensionnaires.

    Mais ce dont on a surtout peur au XIXème siècle, c’est de l’onanisme, qui selon les règles de l’Église est un péché puisque le rapport sexuel n’a pour fonction que la reproduction. Le plaisir solitaire est donc le comble de la luxure. Les femmes sont, dans leur pratique hygiéniste, ici particulièrement visées puisque la position sur le bidet, les gestes nécessaires à la toilette développent envies et appétits… Pour conforter cette vision, on trouve dans la littérature érotique voire grivoise et plus populaire, nombreux récits mentionnant le bidet comme instrument érotique (scènes classiques de la toilette assistée par une servante ou une amie qui s’attarde plus que nécessaire..).

    Le bidet, plus qu’un objet, est finalement le révélateur des valeurs morales qui traversent la société.

    L’assiette au beurre ne s’y trompe pas, nous livrant une caricature de Jossot (1907), représentant un ecclésiastique en arrêt devant la vitrine d’un herboriste dans laquelle figure un bidet . Celui-ci s’exclame "Faut-il être sale pour se laver le derrière !".

    Dans le même temps les pouvoirs publics investissent dans de nouvelles infrastructures dédiées à l’hygiène du corps. Les établissements de « bain douches » se multiplient partout en France à l’initiative des municipalités ou d’entreprises paternalistes soucieuses de mettre à disposition de leurs ouvriers des lieux dédiés à la propreté. Sous la Deuxième République, l’hygiène est encore une notion balbutiante : les Français de l’époque goûtent encore rarement aux délices du bain, avec une immersion tous les… deux ans en moyenne. Mais l’hygiène publique est en effet l’affaire de tous. En témoignent les premières publicités pour le savon, la multiplication des manuels d’hygiène et l’instauration de cours d’hygiène obligatoires à l’école.

     L'hygiène au XIXème siècle un balayeur en 1900

     

    Les bain douche ne seront bien sûr pas suffisant. Dans sa Topographie médicale de Paris de 1822, le Dr Claude Lachaise suppose que « les émanations qui s’élèvent de rues étroites, bourbeuses et encombrées » et « l’accumulation de familles nombreuses dans la même maison, souvent dans la même pièce » sont des causes spécifiques à la ville susceptibles d’influer sur sa salubrité. Pour la première fois, on considère les cloaques à ciel ouverts que sont encore les égouts parisiens comme des problèmes sociaux et médicaux. C’est toute l’architecture et l’organisation des villes qui est à revoir (percement de grandes artères, tout à l’égout, eau courante …).

     

    Quid de l’hygiène buccale ? Les premières recommandations hygiéniques de la bouche apparaissent à partir du 18ème siècle ainsi que la production industrielle des eaux dentifrices et la diffusion de la brosse à dent. Celle-ci existe depuis 1498 mais il faut attendre le règne de Louis XV pour qu’elle fasse son apparition à la Cour. Elle va connaître un véritable essor grâce à Bonaparte qui se brossait régulièrement les dents et imposa la brosse à dents dans le paquetage des soldats en 1790, développant ainsi sa commercialisation.

     

    Mais ne nous y trompons pas, du 17ème au 19ème siècle, l’hygiène bucco-dentaire est réservée à une minorité de privilégiés. En 1800, à Paris seuls quarante dentistes reconnus sont recensés pour une population de 700 000 habitants.

    Comment les hommes se rasaient ?

    Se raser est un acte de propreté spécifiquement masculin qui porte le nom de pogonotomie, terme inventé par le créateur du rasoir à rabot, ancêtre du rasoir de sureté, Jean-Jacques Perret.

     

    L'hygiène au XIXème siècle

    Un nécessaire de toilette pour le rasage est composé d’un bassin ou d’un plat à barbe, d’une boîte à éponge, d’une boîte à savon, d’un blaireau, d’un rasoir et d’un cuir pour l’affûtage. On utilise une brosse pour appliquer le savon à barbe à partir du 18ème siècle.

    Le premier coupe-chou à lame pliante dans le manche serait apparu au 17ème siècle.

     

    À l'origine, le mot désignait un sabre court à lame pliable utilisé dans l'infanterie. Il deviendra l’instrument de rasage par excellence touchant toutes les classes sociales.

     

    En 1904, l’américain King Camp Gillette brevète un système plus hygiénique de rasoir à lame jetable. Le rasoir électrique quant à lui est mis au point par Jacob Schick dès 1928.

     

    En conclusion,

    L'hygiène au XIXème siècle

     

     Sources

    Le propre et le sale de Georges Vigarello

    Propre en ordre : habitation et vie domestique 1850-1930 : exemple vaudois de Geneviève Heller

    Le confident des dames de Julia Csergo et Roger Henri Guerrand


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :