• Léon BERGOUGNAN

    Léon est né le 4 septembre 1983 à Frouzins

    Il était garçon de café

    il avait les cheveux châtains, les yeux gris, les oreilles grandes et écartées et mesurait 1m65

    Il savait lire et écrire

    Son père Antoine, propriétaire cultivateur, né le 20 juin 1849 à Frouzins et décédé le 5 mai 1926 à Frouzins était l'oncle de Bertrand BERGOUGNAN, mort à la guerre lui aussi

    Sa mère se prénommait Marie Jeanne SISTAC

    Léon a été condamné le 15 octobre 1913 par le Tribunal correctionnel de Toulouse à 50 francs d'amende pour outrage envers des agents de police et port d'arme prohibé

    Il est incorporé au 1er régiment de zouave le 30 novembre 1913 et embarque à Marseille le 2 décembre 1913

    Il combat en Algérie du 2 décembre 1913 au 1er août 1914

    Il meurt de ses blessures le 12 mars 1915 à l'hôpital n°52 à Vaulx les Mines dans le Pas de Calais

    il avait 22 ans

    Son frère Antonin Raymond, né le 2 mai 1875 à Frouzins, cultivateur participera également à la guerre : soldat de 1ère classe en 1899, est rappelé le 3 août 1914, sursis d'arrivée de 20 jours pour maladie, 283è RI, 322 è RTI le 2 mars 1916, au 92è RTI le 24 août 1917, 45è RTI le 4 octobre 1917. Il mourra le 22 juillet 1952 à Frouzins.

    Sa nièce Elise Sylvie VIDAL (22/11/1903 frouzins-10/10/1992 muret) a épousé le 18 avril 1925 Paul BEAURE, cultivateur, né le 19/6/1898 à Cugnaux. Il fera la guerre 14/18 également; il est incorporé au 6è régiment d'infanterie coloniale le 19 décembre 1917 puis au 24ème RI coloniale le 12 août 1918; il sera renvoyé dans ses foyers le 5 juin 1920 ; avant cela, il passera au 25ème RI le 15 mars 1919, 163ème RI le 29 août 1919, 1er RI coloniale du Maroc le 24 décembre 1919, 172ème RI le 9 avril 1920; terrassier en 1939; il a eu la croix de guerre 1 étoile de bronze et a été cité du fait de son sang froid admirable, toujours volontaire pour des missions périlleuses, le 23 octobre 1918 s'est lancé à l'assaut d'une mitrailleuse ennemie et a réussi à s'en emparer et a fait 9 prisonniers.

    Une autre nièce, Marthe Antonine VIDAL, chemisière (01/09/1901 frouzins - 29/5/1992 baziège) a épousé le 11 février 1924 Paul CAMBES, cultivateur né le 1er mars 1896 à Montesquieu Lauragais. Paul fera la guerre aussi et sera incorporé au 122ème RI le 12 avril 1915 pui au 78ème RI le 23 avril 1916; sera caporal le 10 avril 1918; a reçu la croix de guerre étoile de bronze et a été cité le 3 août 1917 : "excellent grenadier dont les chefs n'ont toujours eu qu'à se louer; s'est particulièrement distingué le 28 aout 1917 au cours d'une incursion dans les tranchées ennemies où il a fait preuve de bcp d'allant et de courage". Est nommé chef de quart à l'office national industriel de l'azote l 11 juillet 1934 et le 1er janvier 1939. 

    Son beau frère, Jean Marie GOUAZE, né le 3 février 1888 à Pouy de Rouge, il avait un naevus sur la joue gauche et mesurait 1m55, 18ème escadron du train des équipages en 1911, blessé le 8 décembre 1914 à la côte 200 par balle, fracture de l'avant bras droit, renvoyé dans ses foyer le 4 juillet 1915 suite à sa blessure, médaille interralliée, dite de la victoire, facteur en 1919. Ils ont eu un enfant mort né le 26 octobre 1919 à Frouzins.

    Son beau frère Pierre Marius VIDAL, mari de sa sœur Jeanne Marie (18/5/1877 frouzins-6/2/1965 frouzins) participera également à la guerre. Né le 8 juillet 1873 à Frouzins, maréchal ferrant, sera intégré au 121 ème RI en qualité d'aide maréchal ferrant en 1900 et au 11è RI de Montauban le 1er juillet 1917. Il rentrera de la guerre vivant.

    Léon BERGOUGNAN

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :