• M comme MA MAISON

    J’ai habité de 1978 (j’avais 7 ans) à 1992 une grande maison à Auberchicourt, petit ville du Nord, près de Douai.

    Cette maison appartenait alors aux Houillères du Nord, mon père étant ingénieur chez eux. Elle était située au 28 de la rue Jean Lebas anciennement 30 de la Grande rue ou encore de la rue Buisson.

    Cette maison était énorme : 400m2 au bas mot, des écuries, une cave sous la terrasse, des chambres de bonnes, un jardin magnifique avec un marronnier au moins une fois centenaire. Bref, une maison d’ingénieur comme on le disait à l’époque. Dans un mur extérieur, il y avait un anneau scellé qui je pense permettait d’attacher un cheval. Il y avait aussi ce que l’on appelait à mon époque  un garage mais qui en fait devait loger une voiture à cheval et entreposer des tonneaux dans le temps.

    Cette fameuse cave sous la terrasse on n’a jamais su pourquoi c’était là et on n’a jamais pu la visiter car trop dangereux. Ça m’a toujours intriguée mais je n’ai trouvé le fin mot de l’histoire que récemment.

    En fait cette demeure était une brasserie et logeait effectivement (au moins en 1906) une servante (Rosalie Jaspart, née à Féchain en 1879) et un cocher (Jules Hecquet, né en 1882).

     

    M comme MA MAISON

    la maison au premier plan est devenue une école maternelle

    et au second plan, c'est ma maison, la brasserie Buisset

     

    La brasserie appartenait à la famille BUISSET dont l’un des membres, Pierre François Buisset (né le 5 octobre 1809 à Auberchicourt et décédé le 6 avril 1887 à Auberchicourt), n’était autre que le maire de cette ville.

    M comme MA MAISON

    Quelle ne fut ma surprise quand je m’aperçue au détour de recherches généalogiques que je cousinais (de loin quand même) avec l’un des gendres de Pierre François Buisset : Léon Menu (né le 18 avril 1849 à Douai et décédé le 11 mars 1930, notaire à Wavrin), lequel avait épousé la fille de Pierre, Marthe Gratienne Buisset.

    Le lien de parenté est le suivant : je suis descendante à la 4ème génération d’une cousine au 9ème degré de Marthe Gratienne pour la simple raison que Josse Leuridan (1540, Armentière-1627, Fleurbaix – bourgeois de Lille et censier de la Boutillerie à Fleurbaix) est mon ancêtre à la 13ème génération mais également l’ancêtre à la 9ème génération de Léon Menu, époux de Marthe Gratienne.

     

    Jolie coïncidence généalogique ….

     

    il semble que François Buisset, petit fils de Pierre François, soit le dernier brasseur ayant exercé et vécu dans cette maison. Il est né le 2 juillet 1878 à Auberchicourt et est décédé à Asvenelles le 21 novembre 1947.

    M comme MA MAISON

     

    Je suis revenue il y a deux ans là-bas et il ne reste que les écuries qui ont été transformées en plusieurs logements. La maison a disparu, le jardin n'existe plus et son marronnier majestueux a été coupé … tout ça pour laisser place à de petits maisons entassées les unes sur les autres sans goût ni histoire ….


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :