• Paul Antoine AMILHAT

     

    Paul est né le 20 janvier 1891 à Frouzins.

    Ses parent sont Jean Victor AMILHAT, cultivateur et Marie Barès.

    Il vit à Saint Clar en 1911. Ses parents aussi.

    Il est cultivateur, mesure 1.65m, a les cheveux châtain blond et les yeux bleu clair.

    Il sait lire, écrire et compter.

    Il est incorporé le 17 octobre 1912 au 2ème régiment de Zouave.

    Il est zouave de 1ère classe le 21 janvier 1914.

    IL est mobilisé le 3 août 1914 est porté disparu le 28 août 1914 dans les Ardennes à la Fosse à l'Eau. Il y eut 1200 tués et disparus et 3000 blessés lors de cette bataille qui dura deux jours les 28 et 29 août 1914.

     

    Il avait 23 ans

     

    Son nom ne figure pas sur le monument aux morts de Frouzins

     

    « Ce fut le 28 août 1914 à la Fosse-à-l'Eau. L'ennemi débouchait de la forêt de Signy-l'Abbaye ; ordre fut donné à la Division d'arrêter sa marche. Alors zouaves et tirailleurs - en larges culottes blanches, ceinture bleue ou rouge, chéchia écarlate, - chargèrent l'ennemi, comme ils avaient l'habitude de le faire au Maroc, loyalement à découvert, les officiers en tête. Et si impétueux fut leur élan, si héroïque leur charge que l'ennemi plia et que la première rencontre fut une première victoire. Lorsque dans la nuit, sur ordre, la Division quitta la Fosse-à-l'Eau, l'ennemi n'osa pas la poursuivre et ce n'est que le lendemain, tard dans la matinée, que les Allemands lancèrent leurs colonnes d'assaut sur les ruines du village de Launoy. Le choc avait été rude, sabre à la main, chargeant héroïquement à la tête de leurs bataillons, les commandants Clerc, Britsch, Mignerot et Sauvageot étaient tombés. Le capitaine Muller, mortellement atteint, passe à un tirailleur les papiers de sa compagnie ; celui-ci tend la main droite, une balle lui brise le poignet ; alors tranquillement le tirailleur prend de la main gauche les papiers précieux, et va les porter à son lieutenant avant de songer à se faire panser. L'artillerie avait pris à la lutte une part active ; jusque sur les crêtes de la Fosse-à-l'Eau, ses batteries étaient venues se mettre en position, presque mêlées aux premières lignes d'infanterie. »

    Pages de gloire de la Division marocaine 1914-1918, 1919

     

     

     

    Paul Antoine AMILHAT

     

    Paul Antoine AMILHAT

     

    « Jean Joseph AMBROUILLucien BEAURE »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :