• Bourgeois de ...

    Etre bourgeois de ... ce n'est pas porter un titre, ni être titulaire d'une charge, c'est avoir un statut au sein de la ville, statut qui comportait des droits mais aussi des obligations qui pouvaient différer selon les communes. Ce statut était accessible à tous et non pas réservé à une "élite".

    Toutes les communes ne possédaient pas de bourgeoisie puisque seules les villes ayant reçus privilèges et franchises possédaient la bourgeoisie.
    Parmi les communes intéressant mon arbre généalogique dans le Nord, il y a  :

    - Estaires
    - La Gorgue
    - Lille

    Dans le cas d’Estaires, la bourgeoisie procurait à son détenteur :

    1/ le droit d’exercer certaines fonctions municipales (échevins, greffier, receveur…..) certains métiers réglementés par des corporations (marchand drapier, portefaix…..)
    2/ l’exonération du droit d’escars qui est un droit de mutation sur toutes les successions
    3/ une protection juridique
    4/ une très importante protection juridique sur le droit des successions

    Quant aux devoirs, outre le fait de relever la bourgeoisie, le bourgeois d’Estaires était tenu de participer à la sécurité de la cité (organisée en milice bourgeoise) et bien sur d’aider tout autres bourgeois.

    Il existe trois sortes de bourgeois :

    Le bourgeois forain

    Il s'agit d'une personne non résidente de la ville. Généralement, les bourgeois forains avaient des obligations supplémentaires par rapport aux bourgeois « intra muros » : ils devaient, par exemple, résider quelques semaines par an dans la ville où ils étaient bourgeois, ou encore avoir un représentant dans la ville… .

    Les bourgeoisies de Lille, Ypres, Bailleul, Cassel et Estaires acceptaient les bourgeois forains.


    La bourgeoisie d’Estaires attiraient de nombreuses familles du pays de l’Alloeu (La Gorgue, Sailly/Lys, Laventie, Fleurbaix) mais on retrouve aussi des bourgeois d’Estaires habitant dans le Poitou !

    Les 2 plus importantes bourgeoisies foraines du secteur (Flandre intérieure) étaient celles de Bailleul et d’Ypres avec une influence européenne (Pays Bas, Italie, Angleterre… !)


    Le bourgeois par achat :

    La bourgeoisie s’acquerrait dans ce cas par achat. A Estaires, une personne devenait bourgeoise sur l’acceptation du magistrat de la ville en payant une somme d’argent évaluée sur l’ensemble de ses biens en Flandres. Dans certains cas, il était possible d’acquérir la bourgeoisie gratuitement, les bourgeois « reçus gratis » étaient généralement des personnes ayant rendus services à la cité. Lors de sa réception, le bourgeois prêtait serment de sa bourgeoisie au magistrat de la ville. On ne pouvait être bourgeois que d’une seule ville.

    Le bourgeois par relief :

    La bourgeoisie était alors héréditaire, c'est-à-dire que les enfants d’un bourgeois étaient aussi bourgeois et étaient donc soumis aux obligations de leur bourgeoisie. L’une des obligations était la reconnaissance de cette bourgeoisie. Chaque enfant devait reconnaître sa bourgeoisie en la « relevant ». Le relief de la bourgeoise (on trouve également le terme de rachat de bourgeoisie) se faisait à la majorité de la personnes, généralement lors de son mariage ou d’un état honorable. En fait le relief servait à renouveler le serment de bourgeoisie.

    A Estaires, les reliefs de bourgeoisie devaient se faire dans les 8 semaines après le mariage.

    Le relief de la bourgeoisie d’Estaires coûtait 1 florins et 10 patars pour tout relief entre un bourgeois et un étranger à la bourgeoisie.
    Quant au relief entre 2 bourgeois, il était gratuit.
    Comme on ne pouvait être bourgeois que d’une seule ville, quand un mariage avait lieu entre 2 époux tous 2 bourgeois de ville différentes, l’un des époux devait renoncer à sa bourgeoisie.

    Le relief était obligatoire, les personnes omettant de la relever devait payer des amendes et pouvaient même en être « escarsser » c'est-à-dire perdre leur bourgeoisie

    L’escarssement ou la renonciation à la bourgeoisie

    Pour quitter la bourgeoisie d’une ville, le bourgeois devait y renoncer devant le magistrat de la ville. Il renonçait à son état en payant une somme indexée sur le montant des ses biens. Par exemple à Estaires, pour quitter la bourgeoisie les personnes devaient payer en argent 10% de ses biens en Flandres.
    On pouvait également perdre sa bourgeoisie sur décision du magistrat de la ville, notamment lors des défauts de reliefs.

     


    Sources

    http://asso.nordnet.fr/c.h.g.wasquehal/accueil/bourgeoisie.htm

    http://www.gennpdc.net/lesforums/lofiversion/index.php/t5843.html

    http://hleno.revues.org/436?lang=en


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :