• G comme GUERRE

    Ma grand tante Renée avait 8 ans quand la guerre 40 a éclaté. Elle vivait à Houdain dans le Nord. Elle m’a raconté quelques anecdotes de cette époque. Elle se souvient que son père qui n’aimait pas Pétain avait été rendre à l’école les timbres à son effigie qu’elle devait vendre. Autre souvenir : celui d’un allemand qui s’est arrêté devant chez elle lors d’un défilé de l’armée allemande pour demander de l’eau pour son cheval.

    G comme GUERRE

    Il y avait des bombardements et son père avait installé des matelas dans la cave et étayé l’endroit avec du bois de mine et des madriers. La cave a finalement surtout servi pour les réfugiés. Une fois un couple de réfugiés est resté une nuit. La mère de Renée leur a fait une saurée (hareng saur) et ma grand tante m’a dit qu’ils avaient tellement faim que le monsieur mangeait les yeux !

    Un jour un parachutiste est tombé tout près du village et a donné son parachute : beaucoup de femmes se firent de jolis chemisiers avec. Un autre parachutiste, un Canadien, est tombé plus tard mais lui n’a pas eu de chance ; il est mort. Une messe a été dite pour lui devant ses parents après la guerre.

    A deux km de Houdain, les allemand construisaient des V1 et une fois sa mère et elle n’ont rien trouvé de mieux que d’aller chercher des mûres dans le coin : les Allemands les ont pourchassées et ont vidé leur sac !

    A la fin de la guerre, les sirènes ont sonné. Ma grand tante avait mis une jupe plissée et un chemisier blanc ainsi qu’une cravate et elle est partie défiler. Les Américains étaient là avec leurs tanks et leurs jeeps et leur lançaient des chewing gums, des chocolats et des cigarettes et les embrassaient de joie !

     

    Ma belle mère Josette vivait quant à elle à Liverdun près de Nancy quand la guerre a éclaté. Elle avait 4 ans en 1939. Elle est partie avec sa mère et son petit manteau blanc genre astrakan pour prendre le train de Toul et rejoindre la caserne où son père avait été mobilisé. Elle ne le reverra qu’à son retour de Nuremberg en 1945. Il a été fait prisonnier et est resté tout ce temps en Allemagne. La maman de ma belle-mère lui confectionnait des colis rempli de pain d’épice fait maison et des conserves de lapin sauce chasseur qu’elle faisait elle-même. Elle lui envoyait aussi du vin qu’elle achetait avec ses tickets de rationnement et du savon de ménage qu’elle fabriquait pour qu’il puisse laver son linge.

    Pendant la guerre la maman de Josette travaillait chez Lerebourg (confiturier important à l’époque) et elle se portait volontaire pour le poste appelé « au sucre ». Il fallait déverser des seaux en bois plein de sucre semoule dans de gros chaudron en cuivre dans lesquels cuisaient les fruits ; c’était très physique mais il y avait un avantage : elle s’était confectionné un tablier en toile bleue avec une grande poche devant dans laquelle elle y mettait du sucre en cachette ce qui lui permettait de confectionner des gâteaux pour les enfants …

    G comme GUERRE

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :