• Journal d'un curé de campagne au 17ème siècle - 17 - le grand hiver de 1709

    « Jamais on n’avait vu un hiver plus agréable. Les victorieux (voir le siège de Lille et la note du curé ici) en profitèrent. Ils prirent au mois de dédembre 1708 Gand, Bruges. Mais la nuit du 5 au 6 janvier 1709, il commença un hiver qu’on appelera jusquà la fin du monde le gros hiver. Il a commencé après cinq ou six jours de grosses pluies et dura trois mois, d’une force incroyable, entremêlé de dégels qui ne duraient que quelques heures , de neige que le vent chassait dans les enfddroits les plus bas, de sorte que tous les blés généralement furent gelés et on n’a point échappé un seul grain de colza. Pendnat ce cruel hiver, on voyait des terribles signes ou phénomènes dans les cieux. Les plus gros chênes des bois et la plupart des autres arbres se fendaient de part en part. les pruniers, abricotiers, cerisiers moururent ; et les autres arbres engelés ou à demi gâtés. Dès que les marchands de grains virent les grains engelés, ils en haussèrent le prix très considérablement ; et le grain que j’avais vendu l’année d’avant 14 patars le havot, je l’ai vendu 12 livres (14 patars font 1 livre et huit sous). C’était de méchant métilion qu’on ne savait vendre auparavant".

     

    Voir les articles sur l'hiver 1709 ici et ici


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :