• Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

     

    Au 16ème siècle le visage de la charité va changer dans toute l’europe occidentale. Pourquoi ? Est-ce dû à une aggravation de la situation économique (hausse importante du prix du blé notamment), aux déplacements en augmentation de familles entières du fait des guerres ou des difficultés économiques, aux réformes humanistes tant catholiques que protestantes … ? En tous les cas on assiste, à la même époque et dans plusieurs pays, à une centralisation des aides par le pouvoir laïc et une organisation optimisée, en principe, des distributions.

    Perception des mendiants

    Ce qui est certain c'est que les mendiants ont toujours eu mauvaise presse de par les siècles. Ainsi un édit de 1515 promulgué par le futur Charles Quint est très clair sur ce point : les mendiants sont des parasite et dénonce en terme véhément leur comportement : « pareillement les blîtres, truans et gens dessusdits, avec leurs filles de légère vie et leur secte se retirent aussi bien souvent vers le soir, les aucuns ès hospitaulx et aultres ès tavernes, cabaretz et lieux deshonnestes, où ilz font grosse chère, jouent, s’estrivent et combattent, menans vie dissolute et deshonneste ; à cause de quoy advient chascun jour que plusieurs compaignons de mestiers, conséderans la vie desdits blîtres, truans et vagabonds, se mettent à ladite blîtrerie, habandonnans et délaissans leurdit mestier, en manière que les censiers et aultres ne sçaivent recouvrer verletz, meschines, ne ouvriers pour labourer leurs terres, ny en temps d’esté aider à mettre leurs foings, bledz, avoines et aultres grains en granges ».

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Ils sont également dangereux pour la santé d’autrui. « Comment empêcher, demande Juan Luis Vivès (théologien et  philosophe espagnol et juif converti au catholicisme ; 1492-1540), qu’en un temple quelconque quand s’y célèbre quelque cérémonie solennelle, il ne soit possible d’entrer sinon entre deux files et escadrons de maladies : tumeurs putrides, plaies et autres maux, que l’on a même dégoût à nommer et que ce soit le seul chemin par où doivent passer les enfants, les jeunes filles, les viellards et les femmes enceintes ? »

    Déjà, à la fin de 1525, la foule des mendiants pullulante autour des églises et à l'intérieur était devenue tellement importune que la mendicité fut interdite et beaucoup de pauvres furent chassés de la ville.

    Charles Quint avait d’ailleurs trouvé une occupation pour les « oiseux » et autres vagabonds de Dunkerque, lesquels furent réquisitionnés pour l’expédition organisée contre les barbaresques en 1535 …

    Il est à noter que si la mendicité est mal vue, on tolérait toutefois les mendiants pensionnaires des institutions décrites entre autre dans l’article précédent : lutter contre l’indigence à Lille, les hôpitaux, hospices et maisons charitables.

    Pour éviter d'être chassé hors de la ville, les « pensionnaires » de ces institutions devaient porter sur eux l’insigne de leur établissement, insigne que l’on appelait « plommet ». Le registre des ordonnances de Lille précise en effet en 1531 qu’il était interdit « aux concierges des hôpitaux » de loger les « brimbeurs » (mendiants) s’ils ne portent pas « un plommet de ceux à ce commis qui sera marqué assavoir pour l’hôpital des Grimaretz de l’image de la benoite vierge Marie, ceux de Saint Julien de l’image dudit saint, ceux de l’hôpital Saint Jacques de l’image dudit saint ». 

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

      

    La carité

    Ceci étant, venir en aide aux pauvres est un acte chrétien, une condition du Salut qui est mis en avant depuis les débuts du christianisme.. Déjà sous Clovis nous retrouvons cette attention pour les indigents avec le concile d’Orléans qui, en 511, prescrit aux évêques d’assigner le quart de leur revenu aux besoins des pauvres. Principe qui fut rappelé tout au long des siècles par divers conciles.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Par ailleurs, les prédicateurs, écrivains, confesseurs et théologiens de tout bord dénoncent l’amour excessif de d’argent. Le père Bridoul (écrivain ascétique français 1595 – 1672) rappelle que le Christ a déclaré « qu’il serait plus aisé à un chameau de percer trou d’une éguille qu’à un homme riche d’entrer au Paradis. »

    Le père de Bonnyers au début du 17ème siècle  interpelle lui aussi les riches : « je vois dans vos coffres de vieux escus, par trop d’habits, la table si chargée de viandes qu’elle vous peuvent suffir pour trois jours et là-dessus je m’escrie : une partie aux pauvres, aux hospitaux, à la prison : on y meurt de faim. Vous croyez que je suis fort en peine pour eux ; il y a du subject. Je le suis encore davantage pour vous : car ce que vous retenez ou prodiguez sans en faire du bien, selon st jacques est capable de vous faire condamner au jugement de Dieu ».

    Le père Saint Antoine de Balinghem tempère en précisant que « il ne faut pas penser que l’aumosne délivrera d’enfer celuy qui persévère et meurt en un seul péché mortel »

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

     

    La table des pauvres

    Cette aide charitable va ainsi se développer par de multiples moyens : aumônes, quêtes, dons, table des pauvres, œuvre du bouillon …

    La table des pauvres ou « pauvreté » ou « charité » : dans les anciens Pays Bas et l’empire, l’expression  table ou taule des pauvres désignait le meuble placé près de la porte de l’Eglise à l’usage des distributions.

    On trouvait une table des pauvres dans chaque paroisse, géré par des paroissiens que l’on appelait les gardes de la charité, pauvriseurs ou pourveurs des povres, caritables ou encore ministres des pauvres. On remonte la trace de ces associations caritatives dès 1236. Leur mission était de distribuer des secours aux pauvres « honteus et disiteus » dans les limites du territoire de la paroisse.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    L'aumône

    Les ressources de cette table des pauvres et ensuite on le verra plus loin de la Bourse commune des pauvres, provenaient des dons et legs, du produit des quêtes, du secours ordinaire alloué par le Magistrat de Lille mais également d’amendes diverses, des taxes sur les récoltes, du denier à Dieu accompagnant tout acte de vente ou location de propriété et laissé à la générosité de chacun, des taxes sur les spectacles, la guède, la bière et le vin.

    Ainsi par exemple la Bourse perçut en 1585, 9 livres 6 sols pour quart de la recette d’un forain qui montrait au peuple un mouton d’une excessive grandeur. En 1587, la Bourse reçut 16 livres d’un homme sans bras faisant « plusieurs industries de ses pieds ».

    Les « pourchats » ou quêtes à domicile et à l’église alimentaient également la table des pauvres (les Lillois étaient invités à chaque semaine à donner anonymement une aumône au « caritable » qui les sollicitait à domicile « avec la boite »  ou les dimanche et fêtes à l’église avec le « platelet ».

    Malheureusement la multiplicité des moyens ne permet pas, paradoxalement, d’atteindre l’objectif final : à savoir que le maximum d’indigents ait accès à ces générosités. En effet ces aides sont ponctuelles, les distributions désorganisées, éparpillées , voire dévoyées …

     

    La bourse commune des pauvres

    Aussi la ville d’ypres fait figure de modèle en 1525 en prescrivant une nouvelle organisation qui va bientôt être reprise par d’autres villes de l’empire , Lille notamment, en 1527.

    Le règlement de la ville d’Ypres précise en effet : « l’histoire a été écrite à plusieurs reprises. Qu’il suffise de dire ici que le règlement en question a concentré en une unique institution autonome toutes les institutions charitables qui existaient dans la ville. L’autorité municipale devait désigner quatre représentants par paroisse, chargés d’administrer la caisse commune, de pourvoir aux besoins des assistés d’après les renseignements reçus de personnes choisies par les administrateurs pour mener ces enquêtes, de passer au crible chaque cas afin que nul ne refusât de travailler ni ne restat oisif . des prescriptions détaillées fixaient la distribution des secours, les moyens d’écarter les ivrognes et ceux qui menaient une vie dissolue (ces gens-là pouvaient recevoir uniquement des secours en nature, jamais en argent), d’éviter l’afflux de mendiants étrangers à la ville ; elle fixait aussi la contrepartie des subsides distribués et qui consistait en une formation professionnelle, en une vie plus honnête, et en une plus scrupuleuse obéissance au devoir du culte catholique ».

    Désormais l’assistance aux pauvres est prise en charge par le pouvoir civil, les ressources sont centralisées et le travail va devenir le remède à la mendicité. Du fait de l’existence de cette nouvelle organisation il devient interdit de donner directement aux pauvres ou aux ordres mendiants sous peine d’une amende de 1 écu.

    Lille emboite donc le pas d’Ypres en 1527 essentiellement pour remédier à un défaut important des tables des pauvres : les paroisses qui avaient le moins de ressources avaient naturellement le plus grand nombre de pauvres. Ainsi la paroisse de St Etienne donnait à elle seule 73% des subsides et la paroisse pauvre de St Sauveur absorbait au contraire 45% des distributions.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Eglise St Sauveur

    Dès 1526 il est prévu que désormais « les clairs deniers des charités des pauvres existant dans chaque paroisse (c’est-à-dire l’excédent des ressources de ces charités) se bailleront aux ministres des pauvres honnêtes ménages » : première étape dans la centralisation de la charité mais rien d’obligatoire encore.

    Ce sera réellement l’ordonnance du 30 avril 1527 qui rendra obligatoire le versement dans une caisse centrale de ces excédents des charités ou tables des pauvres paroissiales.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Sceau de Lille

    Dans le préambule de cette ordonnance, les échevins énoncent les raisons qui les avaient amenés à transformer l'assistance aux pauvres, et expriment également de façon indirecte leur avis sur les causes de la pauvreté et ses effets sur toute la société aussi bien que sur les pauvres. L'un des buts principaux du gouvernement était de mettre fin à la pratique en cours qui permettait à chacun "indifferement de brimber et demander l'aumosne journellement". La mendicité, affirmaient les autorités, n'avait aucune valeur ni pour l'individu ni pour la société. D'une part, elle incitait les mendiants en bonne santé mais paresseux à l'oisiveté — "mère de tous maux" — et au crime. Résolus, donc, de vaincre les mauvais effets que ce choix avait eus sur les pauvres eux-mêmes et sur tous les Lillois, et convaincu que l'on pouvait facilement faire la distinction entre les pauvres dignes ou non de recevoir de l'assistance, les échevins décident qu'il est urgent d'établir un programme qui aurait deux objectifs. La pauvreté méritante allait être "nourrie et substené", tandis que d'une façon ou d'une autre, les autres formes de mendicité allaient être réprimées.

     

    Organisation de la Bourse des pauvres de Lille : on a désormais un organe central avec cinq commis, cinq « gens de bien », qui seront appelés ministres généraux « ayant superintendance de tous les pauvres dans la ville ».

    Ces derniers seront aidés dans chaque paroisse (St Etienne, St Maurice, St Sauveur, St Pierre et Ste Catherine, ainsi qu'à St André et à La Madeleine, qui étaient à l'extérieur des murs de la ville) par « quattre personnes, gens de bien, dont l’un d’iceulx sera ministre de la carité des povres de sa paroisse » .

    L’idée est d’établir une liaison avec les différentes « carités » paroissiales qui vont désormais reverser leur « boni » à la Bourse après avoir exécuté uniquement les charges auxquelles elles sont expressément tenues par les fondations (voir ci après). De même le produit des « pourchas » (quête) faits dans l’église ou dans la paroisse celui des « troncs et blocqs » seront versés à la Bourse.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Tronc d'église

    Les ministres des pauvres seront quant à eux aidés par une bureaucratie élémentaire de « clerq », de sergents et de « varlet » et devront réunir et maintenir une liste des personnes éligibles à la carité de la Bourse, écouter les plaintes qui concernent le fonctionnement de ce système et les résoudre, surveiller la collecte et le paiement des fonds, et "faire statuts et ordonnances telles que bien leur semblera".

    Ils recherchent les bénéficiaires récemment retenus ou ceux qui devaient être rayés des listes, et ils reçoivent et distribuent l'assistance en argent ou en nature. Ils veillent aussi à ce que les enfants des pauvres pussent fréquenter les écoles, apprendre un métier, ou se mettre en service.

    Il fut demandé aux curés et aux prédicateurs d'encourager les contributions, de canaliser les plaintes et de faire connaître aux officiels les besoins de ceux qui ne s'étaient pas présentés à cause de "honte ou simplesse".

     

    Concrètement,

    • les ministres des pauvres de chaque paroisse ramassaient et distribuaient chaque semaine les fonds nécessaires : Ils vont quêter et relever les donc faits dans les « troncs et blocqs » : ils font cela deux par deux chaque dimanche et jour de fêtes Le semainier quant à lui s’occupe des dons de la semaine à l’église e matin ; il est chargé également de d’assurer la quête « avec la boite » dans les maisons de la paroisse les jeudis, vendredis et samedis.

     Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Tronc d'église

    • tandis que les ministres généraux rassemblaient toutes les collectes en une somme commune qu'ils redistribuaient ensuite, ceci pour éviter les inégalités traditionnelles dues à la variation des richesses dans chaque paroisse

     

    En résumé : Ils administrent la carité c’est-à-dire les terres, maisons, droits détenus par elle, et toutes les rentes en nature ou en argent perçus par elle et ils gèrent les dépenses à faire.

    Ainsi en 1572 on peut estimer que la carité de St Etienne a un revenu annuel d’environ 5 000 livres parisis, celle de St Sauveur 3 000 et celle de Ste Catherine 4 000.

     

    Les listes de ministres des pauvres ou « pauvrieurs » que l’on a sur Lille indiquent que ceux-ci sont assez aisés : homme de loi, médecins, marchands, maître artisan. Ainsi Guillaume le Veau, pauvrieur et receveur de la carité de st Etienne vers 1600, est un marchand de garance (poudre rouge extrait d'une plante appelée la garance des teinturiers) ; Jacques Waresquiel, receveur de celle de St Sauveur est notaire.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    A Saint Sauveur en 1624 il y a six pauvrieurs , certainement des maîtres sayetteurs ou bourgeteurs:

    • Paul Becque
    • Charles Bonnier
    • Gilles Mannier
    • Jacques le Roy
    • Crespin Poutrain
    • Pierre du Saultoir

     

    Ces hommes sont les intermédiaires entre les pauvres de la paroisse et les ministres généraux de la Bourse commune.

     

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Marchand drapier

    Justement qui sont les ministres généraux chargés de gérer la Bourse commune ? Ils sont majoritairement liés au Magistrat de Lille (le conseil municipal en quelque sorte  constitué par un mayeur, son adjoint, le cottereau, et 10 échevins) et sont donc issus des grandes familles de marchands ou de rentiers.

    Ainsi en 1612, six d’entre eux sont échevins ou conseillers :

    • Jean Le Vasseur, mayeur
    • Jacques Castellain, marchand de sayetterie et seigneur d’Ascq
    • Michel Cardon, marchand de draps de soie
    • Jean Mahieu, mrchand et auparavant rewart
    • Hugues de Lobel, marchand de drap en gros
    • André de Fourmestraux, marchand « puissant et riche »

    Six autres ont appartenu ou appartiendront au Magistrat :

    • Pierre Desbuissons, marchand
    • Jacques Fasse, marchand
    • Jean Castellain, marchand
    • François Muette, mrchand, minsitre général de 1581 à 1627
    • Auguste Petitpas, écuyer, seigneur de warcoing
    • Martin du Rivaige, licencié en droit et beau frère du Mayeur, ministre général de 1591 à 1625

     

    Les fondations

    Les Lillois aisés utilisent souvent une autre voie charitable : les fondations ; ils vont donner un capital (terres, maisons, titre de rente) qui va garantir un revenu avec en contrepartie des obligations à respecter. C’est ce que l’on appelle une fondation. Si la bourse commune des pauvres est le destinataire de ces fondations, ce seront les ministres généraux qui en seront les gestionnaires directs ; elles peuvent aussi être placées sous la tutelle des ces ministres en conservant ainsi une cetaine autonomie. ; ces fondations pouvaient également aboutir à la création d’hôpitaux, de monts de piété … dont la gestion est alors confié au Magistrat.

    Ainsi par exemple en 1624 le marchand Adrien Desquien donne 26 000 livres parisis pour assurer 2 livres parisis par semaine à « 12 pauvres et anchiens hommes, francques tondeurs, ayant estées maistres audict still ».

    Wallerand Hangouart, doyen du chapitre, donne à sa mort en 1565 ,39 808 livres parisis dont le revenu devait servir à payer chaque samedi 18 prébendes de 36 sols à 18 « gens anchiens, nullement suspects d’hérésie ne ayant esté reprins de justice » et qui devaient chaque jour entendre « la messe de prime » à st Pierre afin de prier Dieu pour son âme et celle de sa famille.

    André de Fourmestraux, marchand, donne en 1604, 12 000 livres parisis pour fournir 200 livres parisis par an à 3 pauvres personnes déchues de leurs biens.

    En 1607 Madeleine Dumortier cède 22 252 livres parisis dont le revenu permettra de donner 24 sols par semaine à 13 pauvres veuves « afin de prier Dieu pour mon âme ».

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    En 1644 les époux Frémault-Leroy lèguent 30 petites maisons pour y loger gratuitement des pauvres et fondent 30 prébendes de 6 livres parisis par an pour 30 ménages différents des premiers.

    D’autres vont léguer tout ou partie de leur fortune pour créer un établissement chargé de recueillir ceux qui ne peuvent plus vivre dans leur milieu habituel.

    Comme nous l’avons vu dans l’article sur la lutte contre l’indigence à Lille , il existe fin 16ème siècle deux grands hôpitaux (Comtesse et St Sauveur) avec une capacité qui varie selon les époques mais qui tourne autour de 60 lits chacun ; à côté de ces grosses strutures,  de nombreux petits établissements existent, plus spécialisés et tous créés par le biais de fondations (accueil des pèlerins de St Jacques avec les Grimarets, accueil des vieillettes avec Ste Catherine de Sienne, accueil des orphelines chez les Bonnes Filles , accueil des chartrières (impotentes) à la Charité , accueil des femmes en gésine à St Jacques, accueil des vieilles à Ganthois).

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Sans vouloir reprendre la liste des établissements cités dans cet article, il est intéressant de voir les conditions dans lesquelles certains d’entre eux ont été fondés :

    Ainsi en 1650 Jérôme Segon, seigneur de Wionval et sa sœur Françoise cèdent tous leurs biens évalués à 200 000 livres parisis pour fonder l’hôpital du Saint Esprit destiné à accueillir 14 malades, 10 religieuses et un chapelain. Pendant 10 ans le Magistrat lutte pour obtenir que cette fondation soit exécutée car en effet des héritiers dépités de voir cette fortune leur glisser entre les doigts, font valoir que Jérôme Segon n’avait pas toutes ses facultés quand il a fait ce testament.

    En 1633 le marchand François Heddebaut donne les fonds nécessaires pour la construction de l’hôpital de la Charité rue Notre Dame où l’on accueillera des femmes « chartrières les plus débiles et abandonnées de secours humain que l’on pourra trouver » qui seront soignées par des religieuses augustines issues de l’hôpital ganthois. De 1635 à 1663 des personnes charitables, essentiellement des femmes, fondent 12 lits qui s’ajoutent aux 2 premiers créés par François Heddebaut .

    L’hospice de la Conception Notre Dame dit des Bleuettes fut fondé en 1648 par le chanoine Jean Dubus, « meu en considération que nostre Sauveur at tant estimé les œuvres de charité allendroit des pauvres malades qu’il les at tesmoingnez estre faictes à sa propre personne », lequel donne « une maison et héritage rue Saint Sauveur … qui servira de commencement à un nouveau hospital jugé … totalement nécessaire pour y recevoir charitablement toutte sorte de pauvres femmes et filles malades, affin qu’ayant une maison de refuge en leurs infirmitez, Jésus Christ ne soit abandonné en ses pauvres, lesquels se trouvans en leurs maladies réduits aux malheurs d’une dernière nécessité, sans aucune assistance humaine, directement contre les ordonnances divines, sont obligées de finir misérablement leur vie par le désolé trespas d’une mort cruelle et douloureuse ».

    En 1622 le marchand François Van Hoyqueslot, seigneur de la Hallerie, ennuyé que rien ne soit prévu pour les « vieux hommes » lègue 6 400 livres parisis pour fonder chez les Bapaumes 3 places réservées à 3 « hommes anciens devant aller ouyr la messe en la chapelle Sainte Barbe en l’église Saint Etienne le mardi et le vendredi », messes qu’il avait également fondées. Mais les Bapaumes sont réservés initialement à des jeunes donc la solution trouvée ne peut être que provisoire. Les ministres généraux de la Bourse vont donc encourager les bourgeois de Lille à créer une « maison des vieux hommes », le futur hôpital Saint Charles Borromée. En 1623 Marguerite du Hot, veuve de Jean Mahieu, membre du Magistrat et ministre général des pauvres, donne 22 550 livres parisis pour faire construire cet établissement. Les ministres des pauvres organiseront un « pourchas » exceptionnel qui rapportera 3 549 livres parisis pour mener à terme la construction.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Une fois achevé, les fondations « d’un lit » se succèdent : ainsi le sayetteur Mathias Deleporte et son épouse Catherine Leplat en fondent un pour un vieux sayetteur « qui soit bon et fidel catholique, apostolique et romain et nullement suspecté d’hérésie ». Jean Lequien, boulanger rue des Cabochus, lègue à l’établissement tous ses biens évalués à 32 000 livres parisis à condition de faire dire 3 obits par an à St Etienne « pour le repos de son âme ». Au final en 1640 il y a 15 lits fondés par des particuliers ; 5 autres lits s’y ajouteront en 1679.

     

    Evolution de la carité

    Jusqu’en 1630 à peu près, « pourchas » et offrandes dans les troncs rapportent de 6 000 à 6 500 livres parisis par an. A partir de 1630 le produit des quêtes diminuent jusqu’à atteindre moins de 3 000 livres parisis en 1661. Depuis 1647 on ne quête plus avec la boite à domicile que dans les paroisses St Etienne et St Maurice où le milieu social est assez aisé.

    En revanche la charité publique va se manifester plus généreusement lors de calamités comme la peste de 1597 et de 1598 où les « pourchas » ont rapporté respectivement 8 996 livres parisis et 7 326 livres parisis au lieu de 6 000 livres parisis de l’année précédente.

    De même de 1590 à 1629, chaque année 15 à 20 Lillois faisaient un legs par voie testamentaire à la Bourse ; de 1630 à 1649 il ne sont plus que 11 , 8 de 1650 à 1659 et 5 de 1660 à 1670.

    Pourquoi cette diminution importante de la carité ? Peut-être le conflit franco espagnol y est pour quelque chose : Jean de le Barre nous dit en 1656 en parlant de Lille, sa ville natale : « les rentiers étoient puissans en revenus annuels, qui maintenant sont presque réduits sans aulcuns moiens et revenus ».

    Notons tout de même qu’en 80 ans ces généreux donateurs ont fourni près de 265 000 livres parisis à la Bourse qui a pu placer une partie de ce capital en rentes.

     

    Nature des secours

    La table des pauvres et la bourse commune des pauvres venaient au secours des personnes sans ressources, du placement des vieillards et des orphelins que l’on mettait en pension chez des particuliers, du placement des filles « débiles » chez les Repenties, de l’achat de draps et souliers, de l’instruction des enfants pauvres et des soins médicaux gratuits. Il ne fallait pas en oublier car des indigents ont quand même intenté des actions en justice contre des « pauvretés » qui les avaient écartés de leurs secours…

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Distribution de nourriture

     

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Ecole sous l'Ancien Régime

    Les médecins ou mires qui s’occupaient des indigents étaient rémunérés par la ville ; par exemple à Roubaix ils étaient rémunérés 6 livres et 5 sols l’année pour « remuer et visiter les pauvres » ; en 1579, 60 livres et 70 livres en 1669.

    A Armentières en 1598/1599, Jéhenne Soutil (ou Subtil) « malade de maladie estrange », fut trois fois exorcisée par le curé de Nieppe. A chaque venue, ce dernier mangeait avec les ministres de la table des pauvres à l’auberge « du bel imaige » ou celle de l’« escu de Bourgogne », (toutes deux sur la place). Il en coûta 60 livres dont 6 livres et 6 sols audit ecclésiastique, 17 livres 16 sols échurent à Jacques Subtil (frère de la malade) pour garde de celle-ci et 6 livres et 2 sols à Maître Ernoult Bartier et sa femme qui s’en étaient chargés également.

     

    A certains moments des aides spéciales sont nécessaires :

    En 1558, 1572-73, entre 1575 et 1584, et de nouveau en 1587, la Bourse accorda des paiements spéciaux aux victimes de la peste, riches et pauvres, qui durent cesser leur travail et rester chez eux, ou bien s'installer dans un lieu de refuge pour les victimes de la peste situé dans la banlieue de Lille, appelé le "Riez de Canteleu".

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Ce qui reste de la maladrerie du Canteleu dans l'ancienne commune de Lomme :

    la chapelle, au 253 avenue de Dunkerque à Lille

     

    Chaque pestiféré qui devait rester isolé chez lui recevait cinq sols parisis par semaine, ou un peu plus d'une livre parisis par mois. Pour ceux qui s'étaient réfugiés au "Riez de Canteleu" l'indemnité s'élevait à 6 sols par semaine, soit 1,3 livres par mois.

     

    De même, le nombre des orphelins augmentait de façon importante quand la peste se déclarait. Alors que la Bourse commune était venue en aide à 71 enfants trouvés au début de 1554 par exemple, elle en avait 381 à sa charge à la fin de 1558.

     

    La Bourse commune dirigea à partir de 1584 les écoles du dimanche de la ville. Ce système scolaire municipal, établi grâce aux donations d'un montant de 12.800 livres parisis de Hubert Déliot et de son père Guillaume, fut destiné, dès 1554, à apprendre à cent enfants de pauvres à lire, à écrire, à calculer et à avoir de bonnes moeurs. Par la suite, il s'adressa à tous les jeunes de 8 à 18 ans.

     

    Quant aux secours par le travail, il ne semble pas que ce fut un moyen très utilisé : en deux occasions seulement, et de façon temporaire, Lille employa directement de grands nombres de pauvres. A la fin de décembre 1565, pour aider "la grand foulle des povres" à survivre, les échevins appelèrent tous les chômeurs "d'aige competent" à s'inscrire chez le greffier municipal qui devait ensuite leur assigner un emploi dans les projets municipaux. En retour, les pauvres devraient renoncer à la mendicité.

    De même, le Magistrat, en juillet et août 1586, employa environ 1 800 hommes par jour pour nettoyer les rivières, les canaux et les fossés.

     

    Il est à noter que lors de circonstances malheureuses (des batailles par exemple) le pape tout comme le roi accordent des libéralités au peuple : ainsi en 1340 le pape Benoit XII demanda à l’un de ses chapelains de se rendre dans le nord de la France et plus précisément dans le Cambrésis, le Vermandois, le Thiérache pour répartir entre les sinistrés les plus pauvres des premières batailles de la guerre de Cent ans 6 000 florins d’or soit 8 900 livres tournois, aumône qui fut complétée par le roi de France Philippe VI et l’évêque de Laon.

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

    Louis XVI distribuant l'aumône aux pauvres de Versailles durant l'hiver 1788

    De même Mahaut de Bourgogne princesse d’Artois distribua en 1306 à Calais des secours après enquête aux plus nécessiteux, victimes de l’hiver rude. 

    Lutter contre l'indigence à Lille : la table des pauvres et la bourse commune des pauvres

     

    Sources

    Les pauvres au Moyen Age de Michel Mollat

    Les premiers budgets municipaux d’assistance : la taxe des pauvres au 16ème siècle de Marcel Fosseveux (revue d’histoire de l’église de France – 1934, volume 20 n° 88 p 407)

    Histoire de Llle depuis les origines jusque 1830 de Lucien de Rosny

    Au cloître et dans le monde : femmes, hommes et sociétés (9è-15ème siècle) de Patrick Henriet et Anne Marie Legras

    La campagne dans la chatellenie de Cassel

    Nord généalogie n°199 – 2007/2 p 104

    La bourse des pauvres d’Aire sur la Lys à la fin de l’Ancien Régime de Jean Imbert

    Les origines de la Bourse commune des pauvres à Lille au 16ème siècle de Scrive-Bertin

    Charité municipale et autorité publique au 16ème siècle : l’exemple de Lille de Robert Saint Cyr Duplessis

    La vie à Lille de 1667 à 1789 d’après le cours de Monsieur de Saint Léger de Aristote Crapet

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :