• La médecine de nos aïeux

     

     

    Sous l'Ancien Régime 1 enfant sur 4 décède avant son premier anniversaire, 1 sur 2 parvient à l'âge adulte.

    Des crises de surmortalité frappent régulièrement le pays  : elles sont liées aux épidémies, disettes et famines qui frappent après un hiver rigoureux ou un printemps trop humide.

    La crise de 1693 -1694 provoquée par une suite de mauvaises récoltes a entraîné en 2 ans plus d'un million et de demi de décès supplémentaires.

     

    jusqu'au 16ème siècle, la science médicale est avant tout fondée sur des textes anciens : textes d'Hippocrate, de Galien, ...

    La théorie en vogue à l'époque est celle dite des "humeurs" : pour les médecins, le corps humain est parcouru par 4 humeurs, celles ci devant coexister harmonieusement pour que l'individu soit en bonne santé :

    - le sang produit par le cœur : l'Air chaud et humide est porté par le sang

    - la bile jaune produite par le foie : le Feu, sec et chaud, est transmis par la bile

    - la pituite, lymphe ou phlegme produite par le cerveau : l'Eau humide et froide vient du phlegme

    - l'atrabile ou la bile noire produite par la rate : la Terre, froide et sèche est portée par la bile noire

    La médecine de nos aïeux

     

    Chacune de ces humeurs domine lors d’une saison, et lors d’un des quatre âges de la vie.

    L'’élément sang domine l’enfance, le printemps, et donne un tempérament « sanguin », porté au plaisir.

    La bile jaune, chaude et sèche, est l’élément dominant de la jeunesse, elle donne un tempérament « coléreux », plein de « feu ». La bile domine en été.

    L’automne, froid et sec, est la saison de l’âge adulte, dominée par la terre et son correspondant, la bile noire. Le tempérament adulte est « atrabilaire » ou « mélancolique ».

    Enfin, l’hiver est la saison de l’eau, froide et humide, et de la vieillesse. Les personnes âgées sont lymphatiques ou flegmatiques, dominées par la lymphe.

     

    Chaque personne naît avec une prépondérance de l’une ou l’autre des humeurs, qui est le signe distinctif de son caractère. Un sanguin se reconnaît à son teint plutôt rouge, à sa vigueur, à son embonpoint. Un colérique a le teint jaune, un corps sec et nerveux. Un lymphatique sera plutôt maigre et mou, le teint pâle. L’atrabilaire, enfin, est gris, plutôt maigre.

     

    Les médecins expliquent le comportement des individus par le poids respectif de ces humeurs :

    - l'émission de bile jaune provoque la colère

    - l'atrabile amène tristesse et mélancolie

     

    L'abondance et l'insuffisance de ces humeurs seront à l'origine des maladies.

     

    Par ailleurs l'homme est au centre de l'univers et les astres ont nécessairement une influence sur lui nous explique St Thomas d'Aquin.

    Au 15 et 16ème siècle, la médecine et l'astrologie travaillent ensemble : Louis XI demande en 1465 aux médecins et chirurgiens de posséder un calendrier astronomique de l'année car il y voit un instrument d'analyse médicale. Au siècle suivant les médecins des grands consultent les planètes et les étoiles avant de soigner leur patient (Nostradamus par exemple)

    Finalement, l'enseignement d'astrologie disparaitra de l'Université de Paris dès 1660 et la théorie des humeurs sera abandonnée au 18ème siècle.

     

    La théorie des humeurs implique des soins purgatifs, des saignées  et des diètes :

    Le but de la saignée est d'éliminer un excès de sang ou un sang corrompu. Elle se pratique avec une lancette en différents endroits du corps : avant bras, genoux, pieds, extrémité du nez ou de la tempe ...

    La médecine de nos aïeux

    Certains chirurgiens pratiquent plusieurs saignées sur la même personne en quelques jours : en 1761, Tissot écrit que "quelques personnes sont saignées 18, 20, 24 fois dans 2 jours".

    Au 19ème siècle, l'emploi de la sangsue se multiplie en lieu et place de la saignée : entre 5 et 6 millions de sangsues sont utilisées par les hôpitaux parisiens entre 1827 et 1836.

     

    Idem pour le clystère qui va purger le corps en injectant dans les intestins de l'eau ou diverses décoction de plantes.

    S'agissant de la diète, chaque aliment est classé en fonction de ses vertus froides ou chaudes, sèches ou humides. Il en est de même pour les substances médicinales, en particulier les plantes. Le médecin préconisera une alimentation s’accordant au tempérament du malade, mais aussi à son âge.

     

    Ainsi pour la peste, il faut vider le corps des humeurs malsaines : lavement intestinal pratiqué par le barbier avec une vessie de porc jointe à une canule de sureau par un tuyau de cuir avec lequel on injecte une décoction d'herbes, différentes comme mauve, violette, bourrache, scabieuse et sucre.

    La saignée est importante : les bubons seraient le produit de l'humeur venimeuse écoulée depuis l'organe noble le plus proche (foie, cerveau, cœur). La saignée se fera sur la veine de l'ogane en question.

     

    La théorie des humeurs sera abandonné au 19ème siècle (elle sera une dernière fois défendue par le biologiste Auguste Lumière (1862-1954)).

     

    La pharmacopée de l'époque utilise aussi des animaux : par exemple à la fin du 17ème siècle, contre la sciatique ou la paralysie, on prescrit de "l'huile de petits chiens" à base de chiots nouveaux nés, de vers de terre et d'huile, le tout cuit au bain marie.

     Les Jésuites rapportent d'Amérique au 17ème siècle le quinquina : l'écorce de l'arbre soigne les fièvres et connaît un rapide succès dans les milieux noble.

     

    L'un des breuvages les plus connus dans la pharmacopée de l'époque (15-18ème siècle) est la thériaque, un mélange de nombreuses plantes (dont de l'opium) qui apaise et endort.

    Il est censé agir contre toutes les maladies contagieuses : peste, fièvres malignes, petite vérole, morsure de bêtes venimeuses, poison, ...

    La médecine de nos aïeux

     

    Il est utilisé au 19è siècle pour faire dormir les enfants : « L'usage est, dans cette ville [Lille], de faire prendre aux petits enfants auxquels on veut procurer du sommeil, une dose de thériaque appelée dormant. Eh bien, je me suis assuré chez les pharmaciens qui vendent ces dormants, que les femmes d'ouvriers en achètent surtout les dimanches, les lundis et les jours de fête, lorsqu'elles veulent rester longtemps au cabaret et laisser leurs enfants au logis. »Dr Louis René Villermé (1782-1863), "tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, laine et soie".

    La thériaque connaît un véritable âge d'or au 17 et 18ème siècles ; elle est alors préparée de façon publique et solennelle. Elle contient plusieurs substances parmi lesquelles l'opium, la vipère desséchée, la rhubarbe, la valériane, la cannelle, le gingembre, la lavande, la menthe, le navet, la terre sigillée...

    La Renaissance découvre que l'antimoine permet d'élaborer un vomitif efficace qui permettrait d'éviter le clystère. Il a permis de sauver Louis XIV en 1658.

    Le mercure est utilisé dans les maladies vénériennes (des seringues sont fabriquées par exemple pour injecter des sublimés mercuriels dans l’urètre)

    Le blanc rhasis : pommade qui porte le nom d'un médecin arabe du 10ème siècle, auteur d'une encyclopédie pharmaceutique qui a longtemps fait référence. Il s'agit d'une préparation à base de céruse, de cire blanche, et d'huile d'olive. Cet onguent soigne les problèmes de peau, les brûlures, les écorchures.

    La médecine de nos aïeux

     

    L'hyacinthe : minéral doré de la famille des silicates, appelé aussi zircon. Il sert de base à une confection réalisée avec du miel, de la cannelle, de la terre sigillée. Ce remède est prescrit pour tuer les vers intestinaux, pour arrêter les vomissements, et pour remédier aux syncopes.

    La racine de chicorée : elle est transformée en eau, sirop, conserve et est employée pour ses propriétés stomachiques (favorise la digestion), dépuratives (débarrasse l'organisme des toxines) et légèrement laxatives.

     

    Qui soigne?

    Les médecins sont longtemps de peu d'utilité. Montesquieu : "ce n'est pas les médecins qui manquent, mais la médecine"

    Au début du Moyen Age, les moines et les prêtres exercent les activités de médecins et de dentiste. Mais le concile de Tours de 1163 décrète que les interventions sanglantes sont incompatibles avec le sacerdoce ("l'Eglise hait le sang").

    Les médecins qui pour la plupart sont membres du clergé ne peuvent plus pratiquer de chirurgie.

    le Concile de Latran de 1215 confirmera cette interdiction.

    La chirurgie est donc reléguée à un rang inférieur et ce seront des barbiers essentiellement qui pratiqueront les interventions de petites chirurgie.

    Ce sera sous St Louis en 1260 que les chirurgiens auront leur corporation réglementée : celle des barbiers chirurgiens spécialisée dans la saignée, la chirurgie et ... la coiffure.

    En 1268, une division se crée :

    - les barbiers ou chirurgiens de robe courte traitent de la petite chirurgie, les interventions dentaires

    - les chirurgiens de St Côme et St Damien dits de robe longue qui vont se rapprocher des médecins et passer un examen pour exercer

    En 1423, les barbiers ne peuvent plus pratiquer de chirurgie ni d'interventions dentaires.

    En 1465, ceux ci peuvent à nouveau exercer et en 1494, ils peuvent suivre des cours d'anatomie à la faculté de médecine.

    Au 17ème on a encore cette distinction entre les chirurgiens barbiers et les Maîtres chirurgiens.

    En 1794 trois écoles de santé ouvrent : Paris, Montpelier et Strasbourg.

    Elles deviennent école de médecine en 1796 et se transforme en 1808 en Faculté de médecine rattachée à l'Université impériale. Aucune mention de l'art dentaire, celui ci n'étant plus reconnu.

    IL faudra attendre le milieu du XIXème siècle pour que les praticiens puissent s'appeler "médecin dentiste".

    En 1884, l'école dentaire de Paris ouvre.

    En 1892 statut de chirurgien dentiste.

    En 1965 sont créées les écoles nationales de chirurgie dentaire (avant il s'agissait d'écoles privées)

    En 1971, est créé le doctorat de chirurgie dentaire

    En 1984, l'orthodontie devient une spécialité officielle.

     

    Les dents

    Les interventions dentaires consistent principalement à arracher les dents malades. Ce seront les arracheurs de dents itinérants qui au 13 et 14ème siècle s'en occuperont.

    L'opération est un spectacle public qui attire les foules. Le patient est assis à même le plancher , les jambes pendantes ou il est assis sur un banc sur lequel l'arracheur de dents est debout derrière lui et officie pendant que le malheureux est retenu par quelques hommes forts.

    La médecine de nos aïeux

     

    Au 17 et 18ème siècle, il y a à Paris 3 endroits ou de nombreux arracheurs de dents officient : les Foire de St Germain et St Laurent, et le Pont Neuf.

    La plupart sont des charlatans qui pratiquent sans principes ni méthodes.

    En Bretagne les arracheurs de dents se recrutaient souvent parmi les forgerons qui ont en effet une certaine dextérité dans le maniement des tenailles ....

    Ce ne sera qu'à la fin du 17ème siècle que l'art dentaire est reconnu comme une activité à part entière avec la création en 1699 du corps royal des "Experts pour les dents". Les barbiers ne peuvent plus extraire de dents.

    Un apprentissage est dispensé par un maître chirurgien avec examen à la clé.

    A partir de 1743, des études  spécifiques apparaissent, des notions d'hygiène préventive voient le jour : nettoyage des dents régulièrement par un dentiste, le sucre provoque des caries, bains de bouche ... à l'urine pour éviter les caries.

    Quid des prothèses et autres dentiers : fausses dents en bois, dents humaines plantées dans des morceaux de mâchoires d'hippopotame, prothèse amovible fabriquée à partir de fémur de bœuf (Ambroise Paré -1516/1590- maître chirurgien de Henri II et de Charles IX), couronnes métalliques au 18ème siècle, ajustée au collet, dentier en céramique en 1788.

    fin 19ème siècle : évolution en matière d'anesthésie, d'aseptie.

     

    Quelques rois de France eurent de gros problèmes dentaires :

    Louis IX (1214-1270) n'avait plus qu'une molaire inférieure à sa mort. Le délabrement des dents de Charles VII (1403-1461) ne lui permettait pas de se nourrir; il serait mort d'inanition. Henri III (1551-1589) avait un râtelier dans la bouche qu'un domestique lui fixait chaque matin avec des fils. Henri IV (1553-1610) remplaçaient ses dents absentes par des dents en or ou des dents de requin ou de phoque. Louis XIV (1638-1715) subit de nombreuses extractions de dents ce qui causa des dégâts à son palais : lorsque le roi mangeait de la soupe elle lui coulait par le nez.

     

    Chirurgie

    Jusqu'au milieu du XIXème siècle on utilise différents anesthésiants : belladone, pavot, magnétisme, hypnose, alcool ...

    Le 16 novembre 1846 à Boston c'est la première fois qu'une opération est pratiquée sous anesthésie (masque anesthésiant).

    Dès 1847 le chloroforme remplace l'éther 

     

     Sources

    http://www.buddhaline.net/Les-quatre-elements-le-corps-et-le

    http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-humeurs/

    http://vih.org/20150115/du-clystere-seringue-linjection-travers-lhistoire/69490

    Nos ancêtres n°18 : médecins et chirurgiens du 15 au 19ème siècle

    Musée du palais des archevêques à Narbonne


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :